Nos amis les banques face à wikileaks!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

22122010

Message 

Nos amis les banques face à wikileaks!!!




Un article du New York Times : Prospect of WikiLeaks Dump Poses Problems for Regulators par Andrew Ross Sorkin, attire l’attention sur le fait que les documents que Wikileaks s’apprête à diffuser à propos d’une grande banque, embarrasseront davantage les régulateurs du monde financier que cette banque elle-même.

C’est vrai. J’ai eu entre les mains (dans le cadre de mon activité légitime au sein de banques américaines !) les documents que l’OCC (Office of the Comptroller of the Currency), le régulateur des banques américaines, et l’OTS (Office of Thrift Supervision), le régulateur des caisses d’épargne, adressaient à l’entreprise pour laquelle je travaillais, pour lui suggérer de modifier son comportement dans tel ou tel domaine ou sur tel ou tel aspect de son activité. Les régulateurs étaient bien informés, mais infiniment compréhensifs. Une lettre assurant qu’il serait apporté sans délai remède au problème soulevé vous offrait un sursis d’un an au moins. Dans le pire des cas, si le problème soulevé était vraiment gênant, on pouvait toujours… changer de régulateur. J’ai assisté à cela chez Countrywide : quand l’OTS est devenu un peu trop pressant, la compagnie a changé son statut de caisse d’épargne à celui de banque pour dépendre dorénavant de l’OCC. Ici aussi, la transition offrirait un sursis d’une durée confortable.

L’absence de régulation ne découle donc pas du fait que les régulateurs ne savent rien, mais du fait qu’ils n’agissent qu’avec une extrême mollesse. Et la raison là, c’est un rapport de force qui leur est défavorable. J’ai rapporté dans Comment on devient l’« anthropologue de la crise », une conversation que j’avais eue (ou plutôt qu’avait eue avec moi) un dirigeant de banque : « Il y a une chose que vous n’avez pas l’air de comprendre mon petit Monsieur : le régulateur, ce n’est pas lui qui me dira ce que je dois faire. Non, ce n’est pas comme ça que les choses se passent : c’est moi qui lui dirai quels sont les chiffres, il ne mouftera pas et les choses en resteront là. Un point c’est tout ! ».

Une simple question de rapport de force. Mais comme on l’a vu avec la publication du livre The Big Short de Michael Lewis, le fait que le public sache désormais aussi ce que le régulateur savait déjà, modifie soudain le rapport de force : on avait finance contre régulateur, et le régulateur était KO au premier round mais avec régulateur et opinion publique d’un côté, contre finance de l’autre, on commence à faire attention aux points.

Bien sûr le régulateur doit justifier alors le fait de ne pas avoir agi, bien qu’il ait su. Mais on l’a vu à propos de l’audition de représentants de la firme Goldman Sachs au sénat américain, il existe une astuce à laquelle on peut avoir recours : mettre en scène une audition, et prétendre que l’on apprend tout le jour-même. Ce n’est pas très convaincant, ne serait-ce que parce que certains des auditeurs ne pourront pas s’empêcher de faire les malins, en posant des questions insidieuses qui trahissent qu’ils en savent beaucoup plus qu’ils ne le prétendent.

« Wikileaks produira des documents dans lesquels des banquiers discutent de la manière dont ils ont roulé un client, dont ils ont maquillé leurs chiffres ou même comment ils ont roulé les régulateurs dans la farine », suppute Sorkin dans l’article du New York Times. Au vu de la turpitude de dirigeants de grandes banques américaines, le même renversement du rapport de force aura lieu : le régulateur obtiendra le renfort de l’opinion publique.

La réaction des autorités pourrait être la même que dans le cas des faits rendus publics dans The Big Short : une audition au Congrès ou au Sénat. Mais il y a un hic – et un hic sérieux ! – Wikileaks a été désigné comme organisation techno-terroriste par le Vice-Président Joe Biden, ce qui suggère avec insistance que l’on doive ignorer ce qu’elle raconte. Le régulateur aura reçu le renfort de l’opinion publique, et celle-ci comprendrait très mal qu’il n’intervienne pas vu la gravité des faits révélés – même sur le tard, mais l’information aura été procurée par une organisation présentée comme terroriste dans un autre contexte : celui des 250 000 câbles diplomatiques américains transmis à la presse internationale. Peut-on traiter à la fois les informations diffusées par Wikileaks comme la propagande d’une organisation terroriste et comme des données sur la foi desquelles la justice se doit d’intervenir ? La raison d’État fait le premier choix et le peuple (quel empêcheur de tourner en rond décidément !), le second.

Il y a là un piège, et particulièrement machiavélique. Un certain nombre de personnes doivent s’activer à l’heure qu’il est pour que l’information sur les banques n’apparaisse jamais au grand jour. Il y a deux semaines exactement, je signalais le début de la guerre civile techno ; et ce n’est pas une « drôle de guerre » : il s’y passe plein de choses !

avatar
Mister Cyril

Nombre de messages : 2391
Date d'inscription : 15/08/2008
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Nos amis les banques face à wikileaks!!! :: Commentaires

Message le Jeu 23 Déc 2010 - 11:21 par Invité

Wikiquoiiiiiiii?
Jamais entendu parler de ce bestiau

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 23 Déc 2010 - 10:59 par brusyl

En tous les cas, Bank of America vient d'annoncer qu'elle bloquerait dorénavant toutes les versements en faveur de ouiquilique...et autre fait intéressant, vient d'acheter tous ce noms de sites : BrianMoynihanBlows.com, BrianTMoynihanBlows.com, BrianMoynihanSucks.com... Les adresses en .net et .org ont aussi été enregistrées.... Brian Thomas Moynihan est le PDG de Bank of America. Si cela ne révèle pas que la banque et son pdg pétochent je veux bien être pendue.
http://bourse.challenges.fr/news.hts?urlAction=news.hts&idnews=FPS101222_20413826&numligne=2&date=101222

De plus, Assange a très intelligemment agi : annonçant ses révélations suffisamment à l'avance, il a alerté l'opinion publique.. je ne pense pas qu'elle laissera gentiment cette banque négocier un "gentleman agreement " avec les autorités de contrôle... qui d'ailleurs ne pourront pas requalifier les faits dans un sens favorable à la banque ( ce que dit d'ailleurs Jorion dans son article)

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 23 Déc 2010 - 9:10 par country skinner

Enron (comme Madoff) avait commis la faute suprême : ruiner des investisseurs, et ca, ca ne pardonne pas au pays du "ce qui est a moi est a moi", ca conduit tout droit au tribunal. La, nous allons avoir des révélations sur le fait que le système financier se débrouille pour se "controler" lui même, et ca, ca ne met pas (directement en tout cas) en péril l'épargne retraite du bon populo us... Et en plus c'est connu depuis longtemps et a ne choque personne : Regarde simplement le parcours de tous les administrateurs du staff Obama : Ils viennent quasiment tous du monde de Wall Street.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 22 Déc 2010 - 21:11 par brusyl

Si c'est bien une banque américaine qui est concernée, désolée les mecs mais je crois que cela va faire très très mal : souvenez-vous d'Enron !. Contrairement à la France, il y aura alors un véritable scandale populaire (tout bon pour le Tea party tout cela !) et les juges vont s'en mêler gràce au class action que ne manqueront pas de se constituer de clients et petits porteurs s'estimant lésés.. Les fuites country ne déclenchent pas grand chose tant qu'elles restent "internes" aux circuits des marchés et à leurs autorités de surveillance... un fois dévoilées sur l'espace public américain, c'est une autre histoire qui peut largement entacher le peu de confiance qui reste envers le système bancaire

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 22 Déc 2010 - 19:41 par country skinner

Ce qui est important n'est pas tant ce que va révéler wikileaks sur le comportement des banques (on le sait déjà plus ou moins, il y a eu bien d'autres fuites avant) ni le fait que les controleurs et les banquiers marchent la main dans la main (ils sont consanguins, voyez le financement d'Obama et qui il a nommé aux postes essentiels de l'administration US), c'est l'extension de cette révélation - et c'est de ne pas pouvoir controler cela qui fait peur aux oligarques : Un message universel n'a plus besoin d'être crédible, il est (rappelez vous Marshall McLuhan et le village planétaire)... Avant internet, il fallait une police de la pensée pour imposer le message (Goering), mais là c'est foutu, l'échange de pensées est dans la cyber-rue ...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 22 Déc 2010 - 15:44 par Mister Cyril

Bon ça devrait faire plaisir à un vieil ami de 30 ans et surtout je me suis aperçu que j'ai coupé l'auteur: Jorion, c'est son gagne pain au gars...plus sèrieusement hélàs quoiqu'ils sortent sur Wiki je pense pas que cela ébranlera les banques, un peu de comm et hop; ils blanchissent le pognon le plus sale partout sur Terre, ils mentent et truquent les comptes, la rentabilité passe au-dessus de tout sans la moindre règle...j'attends mais je suis sceptique et même s'il sortait une bombe??? Mais il faut le sortir quand même...mais ça va pas changer grand chose....mais...en tout cas tout ce qui esgagasse ces p...est bon à prendre!

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum