[HEURE PAR HEURE] Les émeutes en Tunisie

Aller en bas

14012011

Message 

[HEURE PAR HEURE] Les émeutes en Tunisie





Les événements en Tunisie vendredi 14 janvier 2011 :

18h00 - Paris Les principaux partis d'opposition demandent le départ de Ben Ali.

17h45 L'agence de notation Fitch envisage d'abaisser la note de la Tunisie.

17h35 - Paris Le chef du Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT, interdit), Hamma Hammami, interpellé mercredi à son domicile, près de Tunis, a été libéré, a annoncé le PCOT.

17h30 -Tunis L'armée a pris le contrôle l'aéroport international de Tunis Carthage alors que l'espace aérien a été fermé.

17h00 - Tunis L'état d'urgence est décrété dans tout le pays.

16h45 -Tunis De violents heurts se sont produits dans l'après-midi entre des groupes de manifestants et des policiers anti-émeutes pendant lesquels un photographe étranger a été blessé à la tête par un tir de gaz lacrymogène, indiquent des journalistes de l'AFP sur place.

16h30 - Londres Le voyagiste Thomas Cook annonce qu'il compte rapatrier dès ce vendredi 1.800 touristes britanniques et irlandais, tandis que son concurrent TUI Travel annule des départs de Grande-Bretagne sans organiser pour autant de rapatriement systématique.

16h10 - Tunis Le président Ben Ali décide de limoger son gouvernement et d'appeler à des législatives anticipées dans six mois.

15h20 - Tunis Treize civils ont été tués par des tirs des forces de l'ordre jeudi soir à Tunis et sa banlieue après le discours d'apaisement du président Ben Ali, indiquent des sources médicales.

14h55 - Tunis On apprend que la police a massivement tiré des grenades lacrymogènes contre les manifestants réclamant à Tunis le départ du pouvoir du président Zine El Abidine Ben Ali.

14h45 - Bruxelles Le voyagiste Thomas Cook Belgique indique que l'ensemble de ses 540 clients présents en Tunisie ces derniers jours seront rapatriés avant la fin de la journée, alors que son concurrent Jetair a décidé de ne pas procéder à des rapatriements forcés.

14h40 - Paris L'ambassadeur de Tunisie à l'Unesco annonce qu'il a présenté sa démission

13h55 - Paris Le tour-opérateur Thomas Cook France déclare n'avoir "pour l'instant aucun plan de rapatriments de prévu".

12h -Berlin La filiale allemande du voyagiste britannique Thomas Cook annonce qu'elle va rapatrier le jour même vers l'Allemagne quelque 2.000 touristes se trouvant en Tunisie, et a annulé tous ses départs vers le pays jusqu'au 17 janvier.

12h Des milliers de manifestants réclament le départ de Ben Ali à Tunis et en province.

11h -Paris Nadia Hammami, la fille de l'opposant tunisien Hamma Hammami, arrêté mercredi matin par la police à Tunis, dit que sa famille est toujours sans nouvelles de son père et qu'elle craint désormais pour sa vie

11h50 - Paris De nombreux tour-opérateurs ont prévu des aménagements pour leurs clients qui devaient partir en vacances ce week-end en Tunisie, en raison des événements, indique leur association (Ceto).

11h30 - Bruxelles Le chef en exil du mouvement islamiste tunisien Ennahda, Rachid Ghannouchi, est convaincu que le mouvement de protestation va balayer le régime du président Ben Ali, rapporte le quotidien bruxellois Le Soir.

10h00 - Tunis Des manifestants parcourent le centre de la ville en criant des slogans hostiles au président Zine El Abidine Ben Ali.

9h55 - Tunis Des Tunisiens et la presse saluent une baisse des prix du pain, du lait et d'autres produits et services annoncée par le président.

9h45 - Tunisie Les grèves et rassemblements sont maintenus.

9h40 - Tunis Des voyagistes belges décident par précaution d'évacuer d'autorité leurs centaines de clients actuellement en vacances.

8h30 - Tunis Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Kamel Morjane, estime que la formation dans son pays d'un gouvernement d'union nationale est "tout à fait faisable" et "même normale".

8h20 - Tunis Les forces de sécurité se sont retirées du centre de Tunis.


Jeudi 13 janvier

23h55 - Tunisie et Algérie Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) appelle les manifestants à étendre leurs mouvements, afin de renverser les pouvoirs en place et instaurer la charia, selon le service américain de surveillance des sites islamistes SITE.

23h50 - Kairouan Des témoins racontent que deux civils ont été tués par des tirs de la police, dans le centre de la Tunisie, au moment même où le président ben Ali prononçait son discours d'apaisement.

22h50 - Tunis Les sites internet qui étaient bloqués, notamment Dailymotion et Youtube, sont de nouveau accessibles, peu après la promesse du président Zine El Abidine Ben Ali de garantir "la liberté totale" d'information et d'accès à l'internet.

20h30 - Tunis : le président Ben Ali dit "avoir été trompé" et n'avoir pas l'intention de se représenter. Il promet la liberté totale pour l'information et l'internet et dit avoir demandé de cesser les tirs sur les manifestants.

18h15 - Hammamet La station balnéaire tunisienne de Hammamet est livrée aux pilleurs, située à 60 km au sud de Tunis.

17h30 - Tunisie Le président Zine El Abidine Ben Ali s'adressera jeudi 13 janvier soir aux Tunisiens.

16h55 - Berlin Le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle exprime sa "vive inquiétude" face aux affrontements en Tunisie et réprouve toute forme de violence.

16h30 - Paris Les syndicats français demandent le "retrait immédiat de l'armée des villes" en Tunisie, et expriment "leur indignation devant les déclarations" de membres du gouvernement français.

16h10 – Paris Cécile Duflot, présidente d'Europe Ecologie-Les Verts demande à Nicolas Sarkozy de "bien vouloir réunir l'ensemble des responsables des partis politiques représentés au Parlement" pour "un échange approfondi sur la situation" en Tunisie.

16h03 - Paris L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin estime que "la France ne peut rester en retrait" face aux violences en Tunisie.

16h00 - Tunisie Un manifestant tué jeudi 13 janvier après-midi par les tirs de la police dans le quartier Lafayette à proximité de l'artère centrale de l'avenue Bourguiba à Tunis, ont rapporté des témoins à l'AFP.

15h30 - Tunis Des universitaires dénoncent à Tunis "l'assassinat" de Hatem Bettahar, ressortissant franco-tunisien et professeur à l'Université de Technologie de Compiègne (France), tué mercredi 12 janvier à Douz en Tunisie.

15h20 - Lisbonne Le Portugal a déconseille à ses ressortissants de se rendre en Tunisie en raison de l'instabilité qui règne dans le pays.

15h15 - Londres Le Premier ministre français François Fillon s'alarme de "l'utilisation disproportionnée de la violence" en Tunisie, en appelant "l'ensemble des parties à faire preuve de retenue et à choisir la voie du dialogue".

14h25 – Bruxelles L'Union européenne envisage de suspendre les négociations en cours avec la Tunisie en vue d'un renforcement de leurs relations.

13h30 - Tunis Le ministère de la Jeunesse et des Sports annonce le report de toutes les compétitions sportives "programmées cette semaine".

13h25 - Tunis Plusieurs centaines de manifestants ont été dispersés à coup de grenades lacrymogènes dans le centre de Tunis jeudi, constate une correspondante de l'AFP.

13h20 - Tunis Omar Haddad, un lycéen de 19 ans, a été tué à Sfax (sud-est) lors d'affrontements qui ont eu lieu mercredi dans cette métropole économique, affirme un témoin.

13h15 - Genève Une Suisse d'origine tunisienne a été tuée en Tunisie, annonce le ministère helvétique des Affaires étrangères.

13h10 - Paris "Quand son ami Ben Ali tue, Sarkozy se tait", accuse Nicole Borvo Cohen-Seat, présidente du groupe des sénateurs communistes et du Parti de gauche.

12h55 - Tunisie 8 morts à Tunis dans la nuit de mercredi à jeudi 13 janvier, 66 au total depuis le début des affrontements.

12h45 - Tunisie Au moins 58 morts depuis le début des violences (FIDH)

12h40 - Paris La Première secrétaire du PS Martine Aubry déclare son soutien au nom de tout le PS au peuple tunisien, et demande que la France "adopte une position forte de condamnation de la répression inacceptable".

12h25 - Paris Hatem Bettahar, professeur de Compiègne (Oise), tué mercredi 12 janvier par balles dans la ville tunisienne de Douz en Tunisie, est bien franco-tunisien, a indiqué un membre de sa famille en France.

11h45 - Rouen Valérie Pécresse ministre de l'Enseignement supérieur présente ses "condoléances à la famille de l'enseignant" et "à l'université" et ajoute que "Le Quai d'Orsay a été saisi pour que toute la lumière soit faite sur les circonstances de cette mort tragique".

11h20 - Tunis Un jeune homme a été tué par balle dans les affrontements qui ont eu lieu mercredi 12 janvier à la cité Ettadhamen, en banlieue ouest de Tunis

11h15 - Tunisie L'armée s'est retirée de la capitale tunisienne où des unités spéciales de la police ont pris place dans le centre relativement animé, au lendemain d'une nuit calme dans Tunis placée sous couvre-feu.

10h20 - Paris Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), estime que même s'il fallait respecter la Tunisie comme "pays indépendant", Paris serait "bien inspiré" de dénoncer "les tirs à balles réelles" contre les manifestants dans ce pays.

9h50 - Paris Le chef de file des députés PS Jean-Marc Ayrault juge "inévitable" le départ du président tunisien Ben Ali et qualifie d'"ignoble" l'évocation par la ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie d'une éventuelle coopération sécuritaire entre France et Tunisie.

9h35 - Paris Luc Chatel, ministre de l'Education, déclare que la France est "extrêmement vigilante" face au mouvement de contestation en Tunisie, "pays ami", et à la répression des manifestations par les autorités, mais "n'a pas à s'ingérer" dans une situation "locale".

9h30 - Tunis De violents affrontemements ont opposé les forces de sécurité à des jeunes dans la banlieue de Tunis dans la nuit de mercredi à jeudi 13 janvier malgré le couvre-feu. Les témoins se déclarent "ahuris" par l'ampleur des dégâts.

9h15 - Paris Hatem Bettahar, l'enseignant de Compiègne, tué mercredi 12 janvier dans la ville de Douz en Tunisie, "serait franco-tunisien", indique le ministère des Affaires étrangères.



Mercredi 12 janvier 2011 :

23h45 - Tunis Le couvre-feu est strictement observé dans le centre de la ville où ne circulent que de rares patrouilles de la police tandis que des habitants signalent des incidents en banlieue.

22h35 - Paris Un des civils tués par balles dans la ville tunisienne de Douz, Hatem Bettahar, était professeur d'informatique à l'Université de Technologie de Compiègne, a indiqué à l'AFP un syndicaliste enseignant.

22h - Washington Les Etats-Unis appellent les Tunisiens à manifester pacifiquement, tout en renouvelant leur appel à la retenue en direction des autorités tunisiennes.

21h00 - Paris Bertrand Delanoë, maire PS de Paris, né à Tunis, estime être "au côté du peuple tunisien", alors que la Tunisie connaît un important mouvement de contestation du régime qui fait des dizaines de morts depuis un mois.

21h00 - Ottawa Le Canada exhorte le gouvernement tunisien à "modérer" l'action de ses forces de sécurité et à ouvrir un "dialogue transparent" avec la société civile, alors que la contestation du régime gagne le centre de Tunis.

20h45 - Paris Harlem Désir, numéro deux du PS, demande "la libération immédiate" d'Hamma Hammadi, dirigeant du Parti communiste des ouvriers de Tunisie, considérant que son arrestation est un "terrible symbole".

19h45 - Marseille Entre 700 et 1.000 personnes, selon les chiffres de la police et des organisateurs, défilent à Marseille aux cris de "Ben Ali assassin", en solidarité avec le mouvement de contestation du régime en Tunisie, a constaté une journaliste de l'AFP.

19h40 - Paris Benoît Hamon, porte-parole du PS, estime sur Public Sénat que le président tunisien Ben Ali est "acculé" alors que le mouvement de contestation se poursuit en Tunisie, et déplore un "silence coupable" de la part du gouvernement français.

19h30 - Tunis Le limogeage du ministre de l'Intérieur est jugé "insuffisant" par une formation de l'opposition, le Parti démocratique progressiste (PDP). Elle appelle à des "réformes profondes" et à un gouvernement de salut national.

19h10 - Tunis Un manifestant est tué par balle et deux sont blessés par les forces de sécurité dans la ville de Thala, dans le centre-ouest de la Tunisie, a annoncé à l'AFP un syndicaliste.

19h - Thala Un manifestant a été tué par balle et deux ont été blessés par les forces de sécurité dans la ville de Thala, dans le centre-ouest de la Tunisie, a annoncé un syndicaliste.
avatar
brusyl
Admin

Nombre de messages : 3110
Date d'inscription : 17/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

[HEURE PAR HEURE] Les émeutes en Tunisie :: Commentaires

avatar

Message le Lun 24 Jan 2011 - 20:16 par Donald11

Tunisie: l'armée entre en scène, se définit comme "garante de la révolution"

L'armée a pris la parole pour la première fois lundi en Tunisie, s'affichant en "garante de la Révolution" et promettant de respecter la Constitution, alors que grévistes et manifestants ont à nouveau exigé par milliers dans la rue la démission du gouvernement de transition.
"L'armée nationale se porte garante de la Révolution. L'armée a protégé et protège le peuple et le pays", a déclaré le chef d'état-major de l'armée de terre, le général Rachid Ammar, lors d'une intervention improvisée devant des centaines de manifestants devant la mairie, dans le quartier de la Kasbah, siège du pouvoir politique à Tunis.
"Nous sommes fidèles à la Constitution du pays. Nous ne sortirons pas de ce cadre", a ajouté le général, inconnu jusqu'à ce qu'il refuse de faire tirer sur des manifestants de la "révolution du jasmin" comme le lui demandait le président déchu, et qui jouit désormais d'une immense popularité en Tunisie.
Le chef d'état-major a appelé les manifestants, dont beaucoup de jeunes issus des provinces déshéritées et rebelles du centre du pays, à lever le siège des bureaux du Premier ministre, qu'ils ont entamé dimanche et poursuivi lundi, défiant le couvre-feu.
"Vos demandes sont légitimes. Mais j'aimerais que cette place se vide, pour que le gouvernement travaille, ce gouvernement ou un autre", a-t-il poursuivi, évitant d'apporter un soutien trop explicite au gouvernement de transition, mais mettant en garde la foule: "le vide engendre la terreur, qui engendre la dictature".
Les manifestants qui exigent depuis une semaine la démission du gouvernement d'union nationale, en raison de la présence controversée dans ses rangs de caciques de l'ancien régime Ben Ali, ont vu à nouveau leurs rangs grossir.
De quelques centaines à l'aube, ils sont devenus à nouveau des milliers - "entre 3 et 5.000" selon un militaire - dans l'après-midi à protester sur l'esplanade de la Kasbah, près du palais où travaille le Premier ministre Mohammed Ghannouchi.
"La Kasbah, c'est la Bastille de la Tunisie et on va la démonter, comme les sans-culottes français ont fait tomber la Bastille en 1789", promettait un manifestant. Des heurts ont brièvement opposé jeunes et policiers anti-émeute sur l'esplanade dans la matinée.
D'autres cortèges ont défilé avenue Habib Bourguiba, l'artère principale de la capitale, preuve que l'essouflement de la contestation populaire, sur laquelle tablait le gouvernement, ne s'est pas produite.
Ses efforts pour remettre le pays sur les rails ont d'entrée été plombés par une "grève illimitée" des instituteurs réclamant eux aussi le départ des anciens ministres de M. Ben Ali, en ce jour de reprise officielle des cours dans les maternelles, le primaire et pour les lycéens de classe terminale.
"Selon nos informations, le mouvement est suivi à 90-100% dans tout le pays. Il n'y a que quelques rares cas d'enseignants non-grévistes", a assuré à l'AFP le secrétaire général du Syndicat national des enseignants du primaire, Hfayed Hfayed.
Cette grève a provoqué la grogne de nombreux parents. "On prend nos gosses en otages", s'emportait Lamia Bouassida devant l'école primaire de la rue de Marseille à Tunis.
Le propriétaire de la très populaire chaîne télévisée Hannibal, Larbi Nasra, présenté comme un proche de l'entourage de Ben Ali, a annoncé lundi sa libération sur sa propre antenne, disant qu'aucune accusation ne pesait plus sur lui.
Dimanche, une source officielle avait annoncé son arrestation pour "haute trahison", affirmant qu'il travaillait "au retour du dictateur Ben Ali".
A l'étranger, le président français Nicolas Sarkozy, très critiqué pour sa réserve lors de la "révolution du jasmin", a reconnu que la France n'avait "pas pris la juste mesure" de la situation.
"Derrière l'émancipation des femmes, l'effort d'éducation et de formation, le dynamisme économique, l'émergence d'une classe moyenne, il y avait une désespérance, une souffrance, un sentiment d'étouffement dont, il nous faut le reconnaître, nous n'avions pas pris la juste mesure", a-t-il reconnu.
Dans le même temps, la justice française a annoncé avoir ouvert une enquête sur les biens en France de l'ex-président tunisien et de son entourage à la suite d'une plainte pour corruption de trois organisations non gouvernementales.
Selon les plaignants, qui s'appuient sur des informations de presse, la fortune de l'ex-président et de son entourage est estimée à environ 5 milliards de dollars.
La "révolution du jasmin" a donné une "leçon" à l'Union européenne et aux Etats-Unis sur leurs rapports avec des dictatures, a pour sa part estimé le directeur général de Human Rights Watch, Kenneth Roth.
"Nous avons été particulièrement déçus par la réaction de la France", qui "n'a appuyé les manifestants que quand le président Zine el-Abidine Ben Ali était pratiquement sur le départ", a-t-il critiqué, jugeant que les Etats-Unis, dont le président Barack Obama a pris "clairement le parti de la démocratie" ont "été meilleurs".

Source : Tunisie: l'armée entre en scène, se définit comme "garante de la révolution"

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 15 Jan 2011 - 14:05 par brusyl

Très intéressant ce que tu dis mister... ce qui confirme l'analyse d'un de mes beaux-frères, algérien.
Il est évident que la communauté internationale va brandir la menace barbue (et les pillages des milices de Ben Ali) pour restaurer au plus vite un pouvoir politique fort qui enlèvera la révolution des mains du peuple ( et c'est bien ce qui est en train de se passer avec Foued Mebazaa, qui vient de récupérer les miettes du pouvoir abandonné par Ben Ali, par un processus tout à fait illégal qui vient juste d'être légitimé par le conseil constitutionnel tunisien)

Je souhaite vraiment que le peuple tunisien soit assez intelligent et pugnace pour ne pas céder aux pressions gouvernementales et internationales. Certains mouvements (jeunes et syndicats) réclament une assemblée constituante...
A suivre....

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 15 Jan 2011 - 13:38 par Mister Cyril

J'ai eu mercredi une discussion avec un pote de fac tunisien mais ce n'est bien sûr qu'un avis perso parmi d'autres...(petite parenthèse ce n'est pas un jeune, 45 ans, il utilise tous les modes de comm possibles pour avoir des infos brutes et il est syndiqué à l'UGTT tendance "CGT néo-marxiste"...désolé JM mais ils existent et ils comptent aussi!).

1-Tout le monde a été dépassé par la vitesse "hallucinante" des évènements, les historiens trouveront toujours des explications à cette révolte-révolution, il y a bien sûr des accélérateurs de l'Histoire mais n'en déplaise à tous les théoriciens des complots, il semble y avoir une forte part d'imprévu, d '"étincelle chimique"...(son expression).
2-Maintenant un certain nombre d'oligarques vont essayer de tirer les ficelles en se servant des épouvantails islamistes et anarchie-chaos!
3-Comme il n'y a pas de leader naturel et que le bon peuple à besoin d'un "père", devrait sortir du chapeau un -je cite mon pote-"ouatara-DSK du FMI", en tout cas un consensuel qui assurera la "transition démocratique" du pays...

Reste à savoir si pour la énième fois de l'Histoire le peuple se laissera confisquer sa "révolution de jasmin" (plutôt pessimiste le potos) et si cela doit provoquer une contagion aux voisins arabes (il y croit encore moins)...

voilà ce n'est qu'un avis individuel mais il m'a semblé intéressant car même avec le net, il est difficile d'avoir des infos sur ce qu'il se trame là-bas et ce qui confirme aussi une certaine spontanéité de ce mouvement...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 15 Jan 2011 - 11:48 par Donald11

Jean-marc a écrit:Par rapport au sujet central. Je ne connais rien de rien à la situation politique en Tunisie.
Sauf à titre perso, sinon inutile de te pencher sur la Tunisie.
Que va t'il bien pouvoir se passer maintenant???
On va rouvrir Djerba ...
Est ce contagieux par rapport à l'Algérie, qui aurait besoin du même coup de balais donné par la jeunesse?
Ouais, possible, j'y ai pensé aussi, mais là, y'a du pétrole et du gaz ... Ca vaut mieux que quelques moines assassinés ... D'un autre côté, tu n'as peut-être jamais entendu parler d'une possible pénurie planétaire de pétrole et de gaz dans un avenir plus ou moins lointain ... Et je ne suis pas un ami de DSK !
Quant à la France, je persiste, je suis jeuniste et ce sont les jeunes qui enclencheront le passage de balais : flexibles, réactifs, rapides, changeants, armés du net :)))
Etc
Des jeunes qui vont s'indigner avec leurs consoles de jeux et leur WIIIII ? C'est beau les convictions ...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 15 Jan 2011 - 11:16 par Donald11

Jean-marc a écrit:Donald, si te disais ''essaye au moins les résumés en ligne'', c'était juste pour te pousser à découvrir ce truc dans un acte moins impliquant que d'acheter direct. Car comme moi on doit te proposer de lire 30 trucs à la semaine, et je suppose que tu en as des tas en retard.
Le choix de mes lectures est porté par les vents ... au gré de mes envies et de mes lectures ...
Si tu le lis donc, tu me diras ce que tu en penses à l'occasion ; j'y ai personnellement trouvé une pièce de choix qui colle parfaitement avec le puzzle alternatif ''politique de civilisation", par ex pour éviter les retraites à 70 balais et freiner l'omnipotence des firmes sur la vie des gens. Et, oups mot pénible, internet est peut être bien l'infrastructure permettant ce type de superstructure sociopolitique à mon avis ;)
Dans la mesure où j'avais déjà entendu parler de ce titre plutôt alléchant, et ayant lu des articles allant dans ce sens, je suis tenté par l'aventure de cette lecture.
Sinon, rapport au coup de pied à l'âne, je ne connais pas le problème de l'accès au net en Tunisie. Mais je le connais en Algérie. L'accès at home est relativement peu développé par rapport à chez nous, mais les cybercafés là bas font un tabac, surtout chez les jeunes. Ils l'utilisent vraiment.
Ce qui m'intéresserait de connaître, c'est l'utilisation qu'ils en font, non pas pour les espionner, mais pour savoir ce qui les attire sur la toile. En France, j'ai déjà une petite idée ... Et puis, parmi les jeunes, y'a différentes tranches d'âge et chacune doit bien avoir ses propres appétits. Enfin, je ne serais pas étonné d'apprendre que ces études "sociologiques" sont mises en oeuvre par tout un tas d'officines spécialisées, car peu importe qui utilise les cybercafés, mais à quoi ils le sont ...

Revenir en haut Aller en bas

Message le Sam 15 Jan 2011 - 7:40 par Invité

Par rapport au sujet central.
Je ne connais rien de rien à la situation politique en Tunisie.
Que va t'il bien pouvoir se passer maintenant???
Est ce contagieux par rapport à l'Algérie, qui aurait besoin du même coup de balais donné par la jeunesse?
Quant à la France, je persiste, je suis jeuniste et ce sont les jeunes qui enclencheront le passage de balais : flexibles, réactifs, rapides, changeants, armés du net :)))
Etc

Revenir en haut Aller en bas

Message le Sam 15 Jan 2011 - 7:36 par Invité

Donald, si te disais ''essaye au moins les résumés en ligne'', c'était juste pour te pousser à découvrir ce truc dans un acte moins impliquant que d'acheter direct. Car comme moi on doit te proposer de lire 30 trucs à la semaine, et je suppose que tu en as des tas en retard.
Si tu le lis donc, tu me diras ce que tu en penses à l'occasion ; j'y ai personnellement trouvé une pièce de choix qui colle parfaitement avec le puzzle alternatif ''politique de civilisation", par ex pour éviter les retraites à 70 balais et freiner l'omnipotence des firmes sur la vie des gens. Et, oups mot pénible, internet est peut être bien l'infrastructure permettant ce type de superstructure sociopolitique à mon avis ;)

Sinon, rapport au coup de pied à l'âne, je ne connais pas le problème de l'accès au net en Tunisie. Mais je le connais en Algérie. L'accès at home est relativement peu développé par rapport à chez nous, mais les cybercafés là bas font un tabac, surtout chez les jeunes. Ils l'utilisent vraiment.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 14 Jan 2011 - 23:17 par Donald11

brusyl a écrit:justement ton post de 20h59... d'où viennent ces citations ?
explique moi un peu que je me couche moins conne ce soir !
Ben je suis allé me balader sur wikipédia à la rubrique Tunisie ... J'avoue avoir fait confiance à wiki sans trop chercher plus loin.
Je suis convaincu que l'intérêt porté à un pays est proportionnel à ces ressources énergétiques et à sa capacité d'accueil des grands groupes d'hypermarchés (y'a pas que ça, mais c'est déjà une bonne approche). Or la Tunisie n'a rien, à part Djerba. Ben Ali est subitement devenu insupportable ... pour des raisons qui m'échappent encore ... C'est pas comme la Roumanie et Ceaucescu !!!
Et si tu repasses, descend 5 mn à la cave pour trinquer à l'éviction de Ben Ali ...
Et merci pour ton youtube de DSK recevant le baiser de Judas ... doux jesus ...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 14 Jan 2011 - 23:03 par brusyl

justement ton post de 20h59... d'où viennent ces citations ?
explique moi un peu que je me couche moins conne ce soir !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 14 Jan 2011 - 22:40 par Donald11

brusyl a écrit:comprends rien à votre échange...
Expliquez moi dans quelle planète vous avez atterri !
Pô grave, c'est un échange culturel et diplomatique entre JM et moi ...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 14 Jan 2011 - 22:39 par Donald11

Pour en revenir au sujet brûlant du jour, ça ne vous perturbe pas un peu cette chûte brutale d'un grand ami de DSK du FMI, président aimé par tous, surtout par les étrangers ? Et Djerba inaccessible pour tous ces touristes de masse infortunés, ça ne vous fend pas le coeur, bande d'ingrats ? Ce personnage, hier encore incontournable, encensé même par la grande Michèle (AM) que le monde entier nous envie, disparaît en quelques heures, sorti de son palais en catimini. Pas très glorieux tout ça. Ce qui est certain, c'est qu'il n'a pas fui en mobylette, comme l'autre barbu. D'ailleurs, il n'en a pas encore, de barbe. Et le silence du nabot, ça ne vous inquiète pas ? J'espère que hortefouille va lancer ses limiers à ses trousses et le reconduire dare-dare à la frontière ... Ca devrait pas être trop complexe ... car il n'est pas impossible qu'il se cacha près des Champs Elysées ...

Dans mon post de 20h59, je me suis profondément trompé. J'ai écrit "pas très utile", j'aurais du dire "inutile" ...

Le plus intéressant de l'histoire, c'est de voir son évolution à partir de maintenant.

Ah ! Djerba, mon amour !!!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 14 Jan 2011 - 22:27 par brusyl

comprends rien à votre échange...
Expliquez moi dans quelle planète vous avez atterri !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 14 Jan 2011 - 22:22 par Donald11

Jean-marc a écrit:Donald, arrête de ma taquiner :))
D'accord, tonton, j'arrête de ta-taquiner ...
Tiens, puisque tu parles d'accès, ça me fait penser à un truc que tu pourrais trouver intéressant, de Jeremy Rifkin, qui s'appelle La fin du travail.
Je me souviens avoir lu des trucs sur la fin du travail. Il se pourrait que ce soit ceci : Rifkin renoue ainsi avec la vision prémonitoire de la philosophe Hannah Arendt qui, au début des années 1960, voyait dans l’avènement de l’automatisation la fin de l’asservissement des hommes par le travail. Merci pour le tuyau, cher internaute ami. Je vais consulter les augures (en l'occurence mon compte en banque) et passer commande auprès des autorités compétentes. Tu ne le sais pas encore, mais je fais partie des précurseurs dans ce domaine, de l'élite en quelque sorte : payé à rien foutre par une société du caca40. Elle est pas belle la vie ?
Essaye au moins les résumés en ligne...
Là, tu me vexes un peu. Chez moi, c'est l'annexe de la BN et j'ai tout lu. Y'a que les philosophes qui m'emmerdent un peu, mais tu l'avais bien compris ...

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 14 Jan 2011 - 21:22 par Invité

Donald, arrête de ma taquiner :))

Tiens, puisque tu parles d'accès, ça me fait penser à un truc que tu pourrais trouver intéressant, de Jeremy Rifkin, qui s'appelle La fin du travail.
Essaye au moins les résumés en ligne...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 14 Jan 2011 - 20:59 par Donald11

Les ressources naturelles de la Tunisie restent quant à elles modestes, ce qui contraint le pays à importer du pétrole.
Donc ce n'est pas un pays intéressant et Ben Ali n'est pas très utile.
La distribution moderne compte pour 12 % du chiffre d’affaires global et regroupe des enseignes nationales et internationales.
Donc le business alimentaire est impossible là-bas ...

Reste le tourisme ... de masse !

environ 12,5 % de la population a accès à Internet en février 2007.
Ca, c'est pour mon coup de pied de l'âne à JM ... Il est écrit "a accès", pas "utilise" ....

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum