A quoi ça tient la 2ème économi du Monde???

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

15032011

Message 

A quoi ça tient la 2ème économi du Monde???




Vent de panique sur les Bourses mondiales


Le Nikkei a chuté de plus de 14% en deux joursLe Monde.fr

La Bourse de Tokyo a vécu mardi l'une des pires journées de son histoire, l'indice Nikkei s'effondrant de 10,55 % dans un mouvement de panique des investisseurs sur fond d'aggravation de la crise nucléaire au Japon. A la clôture, l'indice Nikkei 225 des valeurs vedettes a plongé de 1 015,34 points, à 8 605,15 points, subissant, en pourcentage, la troisième plus importante chute depuis sa création, il y a plus d'un demi-siècle.

Dans le sillage de Tokyo, les places européennes chutaient également vers 15 heures. La Bourse de Paris a accentué ses pertes, le CAC 40 perdant brièvement 4 %, dans un volume d'échanges deux fois supérieur à la normale. A la même heure, la Bourse de New York s'enfonçait elle aussi dès l'ouverture, le Dow Jones perdant 2,42 % et le Nasdaq 2,89 %.

L'indice japonais Nikkei avait déjà chuté lundi de 6,18 %, trois jours après un séisme et un tsunami qui ont dévasté le nord-est du Japon, détruisant ou endommageant les infrastructures et des sites de production.

Mardi, l'indice a commencé la journée en forte baisse et s'affichait encore en forte baisse, de 6,45 %, à la mi-séance. Mais c'est un vent de panique qui s'est levé sur le marché à la reprise de 4 h 30, après que le gouvernement eut admis que le niveau de radioactivité mesuré à la centrale nucléaire de Fukushima était dangereux pour la santé, la Bourse s'effondrant de près de 14 %.

Aucun secteur n'a semblé épargné. Parmi les géants de l'électronique, Panasonic s'est écroulé de 11,27 %, à 866 yens, et Sony de 8,86 %, à 2 324 yens. Le constructeur automobile Toyota a chuté de 7,40 %, à 3 065 yens, son concurrent Nissan a baissé moins franchement de 3,32 %, à 698 yens, tout comme Honda qui a reculé de 3,90 %, à 2 974 yens. Les firmes de BTP, qui avaient bondi lundi grâce aux perspectives de grands travaux nécessaires à la reconstruction du Nord-Est, ont chuté lourdement à leur tour, tout comme l'immobilier.




Vue d'un panneau montrant les indices boursiers, à Tokyo, le 15 mars 2011.AFP

Les autres places régionales, inquiètes des conséquences économiques de cette catastrophe, ont également connu un mouvement de net repli. La Bourse de Hongkong a terminé en baisse de 2,86 % et celle de Shanghaï de 1,41 %. Sydney s'est replié de 2,11 %, Séoul de 2,40 % et Singapour de 2,49 %.

La pression n'est pas appelée à retomber, puisque la crise nucléaire s'est aggravée mardi au Japon après une nouvelle explosion et un incendie à la centrale de Fukushima 1, où les accidents se succèdent depuis le violent séisme de vendredi, qui a probablement fait plus de 10 000 morts. "Le niveau de radioactivité a considérablement augmenté" sur le site de la centrale, a déclaré le premier ministre japonais, Naoto Kan, à la télévision, avant que son porte-parole annonce, quelques heures plus tard, que le niveau avait commencé à baisser. M. Kan a appelé les personnes habitant dans un rayon de 30 kilomètres à rester calfeutrées "à la maison ou au bureau".

Pour soutenir le yen et l'économie, la Banque du Japon (BoJ) a annoncé mardi avoir injecté 8 000 milliards de yens (70 milliards d'euros) supplémentaires sur le marché monétaire, en plus des 15 000 milliards de yens (131,6 milliards d'euros) déjà injectés la veille. Le montant des injections massives de fonds effectuées lundi par la BoJ était inédit pour une seule journée. La Banque centrale avait décidé par ailleurs lundi d'augmenter de 5 000 milliards de yens (44 milliards d'euros) ses achats divers d'actifs et de maintenir son taux directeur dans la fourchette 0,0 % à 0,1 %, pour faciliter les financements et tenter de stabiliser les marchés.
avatar
Mister Cyril

Nombre de messages : 2391
Date d'inscription : 15/08/2008
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

A quoi ça tient la 2ème économi du Monde??? :: Commentaires

avatar

Message le Jeu 24 Mar 2011 - 12:26 par Mister Cyril

Dette : Standard and Poor's fait planer le menace d'un "scénario du pire"


Coup d'arrêt à la croissance, chute de l'emploi et effondrement des marchés boursiers: tel est le "scénario du pire" sur lequel pourrait déboucher une aggravation de la crise de la dette secouant les pays fragiles de la zone euro, imaginé par l'agence de notation Standard & Poor's.

Ce scénario catastrophe, présenté comme une simple "simulation" par SP's, est fondé sur l'hypothèse d'une aggravation de la crise de la dette publique, qui secoue actuellement les économies grecque, irlandaise, portugaise et espagnole et, dans une moindre mesure, italienne.

Certes, ces craintes ne reflètent pas les "prévisions" de S&P, mais qu'adviendrait-il si cette crise de confiance s'intensifiait pour ressembler à la crise de 1929? s'interroge l'agence, dans cette étude publiée mercredi, à la veille d'un important sommet européen appelé à parachever un dispositif contre les crises de la dette.

Le scénario retenu par S&P porte sur la période 2011-2015 et se déroule en trois phases.

Un "choc" fait monter en flèche les taux d'intérêt des emprunts publics grec, portugais, irlandais et espagnol. Le Portugal se voit alors contraint d'emprunter à plus de 8% en 2012, contre un peu plus de 7% actuellement, et même à 17% en 2013.

Ce choc va ensuite assécher le système financier, rendant difficile l'accès au financement pour le secteur privé.

En conséquence, les économies européennes, plus particulièrement la Grèce, l'Irlande, le Portugal et l'Espagne connaissent alors une nouvelle période de récession, selon cette "simulation".

Concrètement: la dette publique de ces pays fragiles explose, en cinq ans, leur produit intérieur brut (PIB) chute de 20%, l'emploi de 25% et les marchés boursiers s'écroulent à hauteur de 70%.

En Grèce, la dette publique atteindrait 330% du PIB, plus du double du ratio actuel. Et en Espagne, elle s'élèverait à 127% du PIB, contre 70% en 2010, plombée par une nécessité d'injecter de l'argent dans le système financier.

Toujours selon cette simulation, l'Espagne, l'Irlande, le Portugal et la Grèce voient aussi voir leurs besoins de refinancement s'accroître sur la période pour atteindre 640 milliards d'euros en 2015, soit quasiment le double de cette année (329 milliards).

L'Italie et l'Espagne ont toutefois les moyens de reprendre leur souffle, en raison d'un niveau de dette privée relativement faible pour Rome et d'une dette publique relativement maîtrisable pour Madrid, selon ce scénario.

L'Allemagne et la France sont relativement épargnés, avance S&P. Leur PIB baisserait de seulement 3%, l'emploi de 10% et leurs marchés boursiers perdraient 50%.

Pour l'Europe, les répercussions politiques seraient dévastatrices. Les électeurs dans les Etats les plus touchés pourraient se laisser tenter par des programmes aux mesures protectionnistes et une possible sortie de la zone euro pour renforcer leur attractivité.

"Les gouvernements européens n'auraient pas beaucoup d'alternative entre une intégration budgétaire plus complète qu'actuellement et la sortie pure et simple des économies les plus endettées de la zone euro, avec des conséquences potentiellement pires encore", selon ce scénario.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 24 Mar 2011 - 12:22 par Mister Cyril

Vi j'osais pas te répondre mon palmipède because je suis pas un économiste mais aujourd'hui tout semble économique...les tremblements de terre, les famines, les pets de lapin...et dans les théories apocalyptiques d'écroulement du système chaque étincelle peut devenir un brasier!!!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 24 Mar 2011 - 7:33 par country skinner

On va sans doute découvrir sous peu que les banques ont fortement investi dans les titres japonais et que l'effondrement des cours venant diminuer leurs fonds propres, il va falloir les recapitaliser. Ce n'est que le prélude à un vibrant appel aux poches du bon peuple...
Si ca pouvait être les derniers soubresauts du capitalisme, ca me serait presque égal d'en crever...

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 24 Mar 2011 - 0:47 par Invité

@Donald 11
Disons que le rapport entre tout ça c'est que la 2ème économie du Monde s'est effondrée le jour du tremblement de terre et que les fuites radioactives ont condamné pour longtemps cette région : l'effort de reconstruction sera énorme et la dette du Japon va se creuser encore et encore (peut-être le syndrôme chinois a fait peur aux bourses ?). Pour 2012 ce sera sûrement la fin de ce monde d'économie de casino et paradis fiscaux les révolutions arabes et la hausse des prix conjuguée à la fin du pétrole précipitant les dominos les uns sur les autres... pourvu que l'on sorte vivant de ce chaos

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 15 Mar 2011 - 22:44 par Donald11

J'avoue que toute cette "économie casino" me laisse perplexe !!! Et je ne vois pas bien le rapport entre le tremblement de terre au japon et la chûte des cours boursiers à New York ... ni entre le risque nucléaire et l'injection de milliards de yens pour soutenir l'économie et ... le yen !!! De toute façon, la fin du monde a été prévue par les mayas pour fin 2012, alors ...

Dommage qu'il n'y ait pas de "bras d'honneur" dans les smileys ...
A defaut, j'ai trouve ca :

Dernière édition par Donald11 le Jeu 24 Mar 2011 - 9:56, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum