la dette publique..

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

29072011

Message 

la dette publique..




Le graphique ci-dessus s'arrête en 2009, dernière année connue. La dette publique est attendue à 83% du PIB fin 2010, dépasserait 86% en 2011 et 87% en 2012.



[img][/img]

Rappelons à cet égard que Nicolas Sarkozy a été ministre du Budget dans le gouvernement d’Édouard Balladur, puis ministre des Finances dans le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin avant d’être, depuis quatre ans, chef de l’État et par conséquent le principal décideur des orientations budgétaires.

Trois rôles différents, dans lesquels Nicolas Sarkozy a toujours été impliqué au premier plan dans les Lois de Finances de notre pays. Trois rôles dans lesquels, de 1993 à 1995, puis en 2005, et de 2007 à 2011, la dette a filé dans des proportions spectaculaires, y compris au début du mandat en cours, avant qu’intervienne la crise de l’automne 2008, largement utilisée depuis comme alibi de l’incurie gouvernementale. Cruel constat : on observera sur le graphique que, dans un océan de dette creusée très largement par la droite, la seule véritable et durable période d’accalmie est due à la gouvernance du socialiste Lionel Jospin.

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/sarkozy-champion-de-la-dette-98191
avatar
brusyl
Admin

Nombre de messages : 3110
Date d'inscription : 17/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

la dette publique.. :: Commentaires

avatar

Message le Lun 8 Aoû 2011 - 20:15 par brusyl

pas tout à fait vrai : il y a toujours des marginaux, des exclus, des innovateurs qui se développent en dehors du système (nan promis, je ne reprends pas la discussion sur capitalisme et marginalité !). Tout ce que je dis est que ceux-ci deviennent de plus en plus nombreux et que cela commence à se voir et se savoir... au moment même où le système nous démontre de manière éblouissante son échec, cela tombe bien ! C'est pour reprendre ce que disait Jorion dans sa dernière vidéo ces hommes et femmes de bonne volonté que l'on n'entend pas encore très bien mais qui sont là et qui oeuvrent... (je viens de terminer "La voie" de Morin, qui donne un paquet de ces exemples)

Pourquoi tant de pessimisme ? Rien n'est jamais noir ou blanc, le système n'est pas une forteresse ou un régime totalitaire, il laisse passer des actions qui le parasitent et le gangrènent . Bien sûr il y a la propagande et c'est bien là qu'il faut agir : mais ceci ne peut se faire sans une action auprès des individus non ? changer leur distance avec cette propagande, rétablir la vérité lorsque la propagande débite des mensonges, développer leur sens critique. Alors individu ou système ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 8 Aoû 2011 - 17:22 par country skinner

concernant la contestation du système, le centième singe n'est pas loin
Comparaison inadaptée : Dans le système capitaliste, tout le monde sait que les coques de noix sont nocives, mais
personne
ne peut les laver, le système l'interdit : accès à l'eau réservé à certains, concurrence et perte de productivité (moins de noix si on perd du temps à les laver), pénurie de noix organisée (on est déjà content d'avoir des noix radioactives), idéologie dominante (laver les noix est subversif, l'irradiation est nocive pour les individus mais positive pour la soiciété)... Je te laisse compléter...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 8 Aoû 2011 - 17:15 par brusyl

Jésus - Marx - le Dalai Lama - Sarkozy

Par élimination..
Jésus ? non : "vous ne pouvez servir deux maitres Dieu et Mamon (l'argent), car vous aimerez l'un et hairez l'autre".
Le Dalai Lama ? non : trop occidental comme pensée
Sarkozy ? non : trop intellectuel

Alors c'est Marx... j'ai bon ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 8 Aoû 2011 - 17:04 par brusyl

Individuellement, nous ne sommes majoritairement pas capitalistes, mais le système l'est à notre place

arghh, tu partages aux moins avec les néo-libéraux cette conviction d'un système autonome et indépendant des personnes qui le composent.
C'est vrai certainement, mais pour un certain temps, cela ne peut durer indéfiniment si le système fabrique trop d'inégalités et trop de sentiment d'injustice : cf comment l'URSS s'est effondrée.. Qui, l'avait prévu ? à part quelques esprits éclairés, sachant faire les corrélations entre les faiblesses de ce système .. personne.

Ce serait donc le système qu'il faut changer, et non les individus ?
Si tu regardais la vidéo "Collapse" de ce Michael machinchose tu apprendrais une jolie histoire, celle du centième singe.
Je te la résume. Les USA firent après la guerre des expériences nucléaire sur une île du pacifique. Ils lancèrent des bombes pour étudier comment la vie reprendrait après l'explosion atomique. Durant dix ans rien.. Puis, voyant que la radio-activité avait baissé rendant l'île à peu près vivable, ils envoyèrent une colonie de 10 000 singes repeupler cette île. Le problème était que les noix de coco de l'île avaient encore une coque radio-active.
Il formèrent donc 10 singes et leur apprirent comment passer d'abord dans l'eau les noix de coco avant de les manger. Ces dix singes furent envoyés sur l'île...
Durant un certain temps pas grand chose ne se passa.. les 10 singes lavaient leur noix de coco, les autres continuaient à s'intoxiquer. Puis quelques uns plus adaptables copièrent les 10 singes : ils furent 20 puis 30...
Progression lente jusqu'au jour où un centième singe se mit à laver sa noix de coco.
A partir de ce jour précis, tous les singes se mirent à laver leur noix de coco.

A méditer non ? je suis convaincue que concernant la contestation du système, le centième singe n'est pas loin...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 8 Aoû 2011 - 16:19 par country skinner

Bru - marxiens go home a écrit:mesure de bout du nez... Toujours cette incapacité à raisonner à long terme...
Voui, on peut penser que les malheurs du système économique capitaliste viennent de l'incapacité de nos décideurs... Comment ont-ils pu arriver tous à ces niveaux de décision avec aussi peu d'intelligence du long terme ? Mystère...
On peut aussi penser que le système capitaliste, avec son libre jeu de la concurrence de tous contre tous et la tension consumériste (contreparties de la libre initiative économique), sans même évoquer le discours idéologique dominant (qui ne devrait en principe tromper que les incapacitifs critiques... quoique...), a les moyens d'obliger chacun à fonctionner dans et pour le système (loi d'airain du salariat). J'ai déjà évoqué le syndrome du trader fou dans sa roue d'écureuil, et Jorion rapportait il y a quelque temps la réaction de ses auditeurs "libéraux" qui lui disaient individuellement au terme de ses conférences "Je partage votre analyse, mais surtout ne le dites pas à mes alter ego qui sont dans la salle".
Individuellement, nous ne sommes majoritairement pas capitalistes, mais le système l'est à notre place. Ce serait donc le système qu'il faut changer, et non les individus ? Horresco referens
Je reconnais qu'alors, pour changer un système basé sur le marché et le consumérisme, donc la libre initiative, le vrai dilemme est de choisir entre une planification étatique (censée être efficace, pas vrai mon poussinet stalinien?) ou une organisation autogestionnaire (anarchique donc supposée inefficace)...

Bru - les marxiens sont parmi nous a écrit:comment une économie qui fabrique du chômage peut espérer survivre à long terme
"Le capital, en tant qu’il représente la forme générale de la richesse a la tendance, effrénée et illimitée de dépasser ses propres bornes. Sinon il cesserait d’être du capital, c’est-à-dire de l’argent qui se produit lui-même". Perspicace ami lecteur, sauras tu deviner qui a émis cette pertinente analyse : Jésus - Marx - le Dalai Lama - Sarkozy

Country "Cassez les vitres mais ne sautez pas dehors" Skinner

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 8 Aoû 2011 - 15:24 par brusyl

@ coutry
Pt'êt ben que m'âme Michu fait du Marx sans le savoir mais souviens toi, il y a deux ou trois ans, j'avais sur ce forum posé cette question de Candide : quelque économiste distingué de ce lieu peut-il m'expliquer comment une économie qui fabrique du chômage peut espérer survivre à long terme ?
Je ne sais pas si tu m'avais répondu et si oui, ce que tu m'avais dit. Faudrait que je cherche dans les archives... pff la flemme ! Mais Marx ou pas, ce sont simplement des questions de bon sens... comme quelques autres par exemple :
m'expliquer comment un pays peut rembourser une dette alors qu'il se voit imposer des mesures d'austérité sans précédent ?
m'expliquer comment le "travailler plus pour gagner plus" n'aura pas de répercussion sur l'augmentation de chômage ?
ou dans la même veine comment l'allongement de la durée de travail ne va pas lui aussi contribuer à l'augmentation de ce chômage ? je me souviens avoir eu une discussion acharnée avec JF Kahn, qui défendait le principe de recul de l'age de la retraite à ce sujet qui fut incapable de répondre à ma question. Preuve que les crânes d'oeufs éco et po sont incapables de regarder à long terme les effets d'une mesure qu'ils prennent : il faut boucher le trou du régime retraite, faisons travailler plus longtemps ! mesure de bout du nez qui ne voit pas qu'à terme cela va fabriquer du chômage supplémentaire et donc des gens qui ne cotiseront plus et donc qui va creuser un peu plus le déficit...
Toujours cette incapacité à raisonner à long terme qui caractérise notre 'gouvernance" moderne

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 8 Aoû 2011 - 14:28 par Invité

brusyl a écrit:
la désillusion est grande dans le domaine de la Finance

Confert ce schéma qui ne vient pas d'un site de blagues mais d'un très sérieux livre d'économistes.


Je trouve cette oscillation très bien illustrée, si vraie!
Oui, il est effarant de constater que le monde fonctionne sur de tels schémas aussi stupides que naïfs et que le bien-être des peuples, les dirigeants s'en contrefoutent tout en affirmant le contraire en période électorale.

Foulques

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 8 Aoû 2011 - 14:19 par country skinner

Bru a écrit:z'avaient pas compris que les salariés sont aussi des consommateurs.
Tu essaies encore de nous refourguer sournoisement la théorie marxiste de la paupérisation du prolétariat par l'effet de la baisse tendancielle de rendement du capital, là ?

Bru a écrit:Concernant une vente à terme par exemple avec pari sur la baisse, la question que je me pose est la suivante : pour vendre à la baisse, il faut un acheteur qui lui parie sur la hausse.
Pas nécessairement : Une opération à terme spéculative n'est pas forcément une opération bilatérale forward (acheteur versus vendeur) mais consiste le plus souvent (techniquement) en un emprunt du support / vente au comptant immédiat (n) / placement du montant / achat comptant (n+1) du support par débouclement du placement/ remboursement de l'emprunt
Autrement dit, les contreparties du spéculateur vendeur à terme sont le plus souvent un acheteur au comptant (pas nécessairement spéculateur, ce peut être un intermédiaire financier qui va clearer dans la foulée) et un prêteur du support (qui veut le rentabiliser mais ne souhaite pas le vendre)

Country "Jésus a chassé les marchands du temple mais ils sont revenus tout de suite après" Skinner

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 8 Aoû 2011 - 13:37 par brusyl

la désillusion est grande dans le domaine de la Finance
Je vais te dire un truc : j'en ai pas grand chose à cirer !
Et tout ce que j'espère est qu'on les désillusionne bien plus en leur ôtant ce droit de vie et de mort sur les états et sur les peuples.

Tout ce que tu écris est fort bien mais moi je le redirais totalement à l'inverse : oui, la croissance ne reviendra pas, il est donc totalement schizophrénique de garder des outils économiques ne pouvant fonctionner QUE dans cette perspective de croissance.
"Tous ces chômeurs sans pouvoir d'achat pèseront sur l'activité commerciale et industrielle des entreprises"

Tous ces chômeurs furent fabriqués par l'activité de ces entreprises qui cherchent à réduire aux maximum leurs coûts de production pour fabriquer toujours plus de profit, de ces entreprises qui au lieu de produire préfèrent spéculer sur le marché financier tellement plus juteux (j'ai appris récemment que Polytechnique et Centrale nos deux "prestigieuses" écoles d'ingénieurs ne forment désormais plus que des spécialistes de la finances et non de la production)
Ben oui, mais ces cons croyant se libérer de la charge salariale ont coupé la branche sur laquelle ils étaient assis : z'avaient pas compris que les salariés sont aussi des consommateurs. Ils les ont jeté au rebut comme on jette une vieille machine et maintenant ils pleurent ? Ils ont engendré et entretenu une paupérisation et une croissance des inégalités désespérante et maintenant tu viens dire que les chômeurs "pèsent" ?

Merci de tes explications sur le fonctionnement boursier. Mais ce qui me gêne est de vouloir en faire un truc rationnel, scientifique,alors que l'irrationnel, la rumeur, les peurs, les fausses prédictions y jouent un rôle sinon essentiel, du moins non négligeable.Et c'est ce truc qui joue au yo-yo avec le sort des peuples...

Confert ce schéma qui ne vient pas d'un site de blagues mais d'un très sérieux livre d'économistes.


Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 8 Aoû 2011 - 10:42 par Invité

brusyl a écrit:
Il existe plusieurs façons de gagner en Bourse sur la baisse d'un titre

Vi je connais à peu près ce que tu détailles mais ce n'est que de la théorie ou plutôt un catalogue de produits financiers, mais cela ne m'explique toujours pas comment cela peut fonctionner dans une économie de croissance nulle voire de récession.
Concernant une vente à terme par exemple avec pari sur la baisse, la question que je me pose est la suivante : pour vendre à la baisse, il faut un acheteur qui lui parie sur la hausse.. Ce marché doit être à peu près équilibré dans une période économique de croissance, mais quid dans une période de récession ? doivent pas se bousculer au portillon en ce moment les acheteurs ! que va t'il se passer pour tous ceux qui ont acheté au début de la baisse ne pourront pas vendre à la prochaine liquidation car la valeur sera encore plus décotée que lorsqu'ils l'ont achetée ? et qu'il devront alors rembourser leur commission de règlement différé ?

Même question pour les put warrants : qui en vendra encore si les cours ne cessent de s'effondrer ?

Et enfin pour en revenir sur ton message précédent, lorsque tu écrivais que "les spéculateurs vont se régaler et de krach, point il n'y aura"
Peut-être pas de krack mais une mouise de plus en plus en plus épaisse, je le crois. Lors de la grande baisse de 2008, les états ont fait repartir la machine en distribuant d'énormes masses de liquidités à l'égard des secteurs qu'il soutient : les banques et la construction automobile.
Je ne pense pas qu 'ils aient une fois de plus ni les moyens ni même le pouvoir (risque trop fort de créer des troubles sociaux surtout depuis que le problème de l'endettement des états est au centre de l'attention) de recourir à la même thérapie.

A ce sujet, je te conseille l'analyse d'Olivier Delamarche, un financier de "Platinium Gestion" le 2 août dernier. L'est beaucoup moins optimiste que toi !

Même hors période de croissance, il y a des secteurs qui progressent et d'autres qui décroissent nécessairement car la baisse de l'une provoque la hausse de l'autre par exemple la hausse du pétrole a profité aux avionneurs qui vendent des avions plus économes ainsi Airbus n'a jamais vendu autant d'avions. C'est aussi le cas de la pharmacie à cause du plan d'aide américain aux plus démunis n'ayant plus accès aux soins. En outre le cours des actions ne varie pas de façon linéaire avec une pente donnée mais de façon plutôt sinusoïdale autour de cette pente ou en oscillations amorties desquels les logiciels des grands spéculateurs tirent des ordres d'achats et de ventes car sur de faibles variations mais avec de gros volumes à fort effet de levier, il leur est possible d'engranger de grosses plus-values.
Oui, pour vendre, il faut un acheteur et réciproquement, mais il s'en trouve tjs tout comme dans l'immobilier. par exemple ceux qui ont fait le mauvais pari et qui doivent liquider pour payer les débits comme dans le cas Kerviel.
Mon opinion sur la croissance future aux US et en Europe est la même que ton orateur: je crois que la croissance ne reviendra pas dans les pays dits riches et que l'on s'achemine vers un chômage de masse pour longtemps avec des conséquences sociales importantes surtout aux USA où l'Etat fédéral n'assure pas la solidarité comme en Europe qui est traditionnellement assumée par les entreprises (Bourses, santé) ce qui suppose le plein emploi; Obama a raison de vouloir y pourvoir mais les lobbies...Tous ces chômeurs sans pouvoir d'achat pèseront sur l'activité commerciale et industrielle des entreprises avec en corollaire une baisse des ressources des Etats comme c'est déjà le cas depuis plusieurs décennies en Europe et au Japon.
Les Financiers sont gens de peu d'imagination, aussi pensaient-ils que les USA allaient redémarrer bcp plus vite qu'ailleurs et montrer la voie d'une croissance retrouvée; les résultats trimestriels américains ont déçu anéantissant l'espoir d'une embellie américaine qui aurait tiré celle de l'Europe comme d'hab : la désillusion est grande dans le domaine de la Finance tant dans les pays riches et endettés que chez les émergents disposant de grandes quantités de capitaux à placer et dont les clients sont essouflés.

Foulques

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 6 Aoû 2011 - 16:23 par brusyl

Il existe plusieurs façons de gagner en Bourse sur la baisse d'un titre

Vi je connais à peu près ce que tu détailles mais ce n'est que de la théorie ou plutôt un catalogue de produits financiers, mais cela ne m'explique toujours pas comment cela peut fonctionner dans une économie de croissance nulle voire de récession.
Concernant une vente à terme par exemple avec pari sur la baisse, la question que je me pose est la suivante : pour vendre à la baisse, il faut un acheteur qui lui parie sur la hausse.. Ce marché doit être à peu près équilibré dans une période économique de croissance, mais quid dans une période de récession ? doivent pas se bousculer au portillon en ce moment les acheteurs ! que va t'il se passer pour tous ceux qui ont acheté au début de la baisse ne pourront pas vendre à la prochaine liquidation car la valeur sera encore plus décotée que lorsqu'ils l'ont achetée ? et qu'il devront alors rembourser leur commission de règlement différé ?

Même question pour les put warrants : qui en vendra encore si les cours ne cessent de s'effondrer ?

Et enfin pour en revenir sur ton message précédent, lorsque tu écrivais que "les spéculateurs vont se régaler et de krach, point il n'y aura"
Peut-être pas de krack mais une mouise de plus en plus en plus épaisse, je le crois. Lors de la grande baisse de 2008, les états ont fait repartir la machine en distribuant d'énormes masses de liquidités à l'égard des secteurs qu'il soutient : les banques et la construction automobile.
Je ne pense pas qu 'ils aient une fois de plus ni les moyens ni même le pouvoir (risque trop fort de créer des troubles sociaux surtout depuis que le problème de l'endettement des états est au centre de l'attention) de recourir à la même thérapie.

A ce sujet, je te conseille l'analyse d'Olivier Delamarche, un financier de "Platinium Gestion" le 2 août dernier. L'est beaucoup moins optimiste que toi !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 6 Aoû 2011 - 15:59 par Donald11

J'avoue ne rien comprendre a la finalité de ce grand poker menteur, mis a part satisfaire une cupidité exponentielle et une déshumanisation de la même taille. Je me répète, la, non ?
J'ai jamais aime Onc'Picsou non plus !!!

Revenir en haut Aller en bas

Message le Sam 6 Aoû 2011 - 12:11 par Invité

brusyl a écrit:
Pour le reste de ton message je ne suis pas sûre d'avoir tout compris... , par exemple quand tu écris : "La valorisation boursière du CAC en début d'année était déjà sous-valorisée de 30%, (par rapport à quelle norme ?) avec 15% de plus les spéculateurs vont se régaler"
Autant je connaissais assez bien la bourse des années 80 autant je suis paumée dans le fonctionnement actuel et j'ai encore du mal à saisir comment on peut s'enrichir sur une baisse

La décote de 30% vient de la différence entre la valorisation américaine et européenne pour une entreprise de même secteur d'activité. Elle est appréciée par son PER (Price/Earn ratio) dans son secteur. Les analystes financiers se penchent sur la valeur intrinsèque pour vérifier que la valorisation boursière n'est pas trop décalée de sa vraie valeur (patrimoniale) qui est la somme de chacun de ses sous-ensembles (stocks, filiales, usines,marchés,etc..). Les agences de notations favorisent l'appréciation nationale de même pour les analystes d'un pays pour leurs gloires nationales. Par exemple Renault: la somme de ses participations dans les capitalisations qu'il détient (Nissan, Volvo, Avto, Samsung Motor) représente plus que sa capitalisation boursière propre de sorte que le groupe hors participations ne vaudrait rien!

Il existe plusieurs façons de gagner en Bourse sur la baisse d'un titre. La plus simple est de louer l'action et de la vendre immédiatement puis de la racheter avant la liquidation (fin de location); si le cours a baissé vous gagnez la différence diminuée du prix de location : c'est ce qu'on appelle la vente à découvert (VAD) qui ne nécessite comme capital initial que le prix de la location. Une autre est le Warrant qui comme son nom l'indique au départ n'était qu'une assurance sur la variation du cours à la baisse (put) ou à la hausse (call). Si le sous-jacent (l'action) descend en dessous du cours du put warrant, vous gagnez la différence; la encore vous n'engagez que très peu de capital car vous n'achetez pas l'action. Il en existe encore bien d'autres, toute prise de risque peut faire l'objet d'un contrat et être négociée à l'amiable hors marché : des marchés parallèles où tout est permis puisqu'ils échappent à tout contrôle. Ces paris lorsqu'ils sont gagnants font la fortune des institutionnels financiers et le désespoir des contribuables lorsqu'ils sont trop perdants.

Foulques

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 6 Aoû 2011 - 0:42 par brusyl


D'accord avec toi pour la video de Jorion : de bons moments noyés dans beaucoup de répétitions. L'a l'air bin fatigué le pauvre bougre !
Pour le reste de ton message je ne suis pas sûre d'avoir tout compris... , par exemple quand tu écris : "La valorisation boursière du CAC en début d'année était déjà sous-valorisée de 30%, (par rapport à quelle norme ?) avec 15% de plus les spéculateurs vont se régaler"
Autant je connaissais assez bien la bourse des années 80 autant je suis paumée dans le fonctionnement actuel et j'ai encore du mal à saisir comment on peut s'enrichir sur une baisse

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 5 Aoû 2011 - 14:52 par Invité

brusyl a écrit:ouais mais la perspective d'un krack se précise tout de même assez nettement !
Pour ta question du capitalisme qui s'auto-dévore.. pourquoi ? incompétence ? incapacité se sortir de ses schémas et modèles ?

Concernant la video de Paul Jorion, je suis assez allergique à ce mode de communication où il faut dérouler la séquence pour connaître le contenu (long et lent): je n'ai retenu que cette phrase:"l'économie est trop importante pour la confier aux économistes" avec laquelle je suis d'accord, lui-même est anthropologue. Ca s'applique aussi bien à Marx qu'à tous ceux qui nous explique à posteriori pourquoi des réactions irrationnelles sont logiques et justifiés. Perso, j'ai commencé à liquider mes économies celles présentant des plus-values non réalisées car pour rester très pauvre, je dois réaliser moins de 3000€ de plus-values par an. La valorisation boursière du CAC en début d'année était déjà sous-valorisée de 30%, avec 15% de plus les spéculateurs vont se régaler et de krach, point il n'y aura!
La voracité des Financiers de tous poils devient telle qu'elle risque d'entraîner la chute des politiques qui sont leur bras armé face aux citoyens.

Les hommes politiques, de Mélenchon aux fascistes, ne sont que les gardiens du Temple, des moines-soldats comme l'étaient les Templiers piétinant le "Tu ne tueras point". Si leurs politiques font faillite, le Capitalisme ne sera plus capable d'augmenter voire conserver ses privilèges, c'est pourquoi il soutient les politiques (compatibles). C'est quoi l'incompétence chez les politiques? l'incapacité à maintenir l'esclavage par l'impôt et le travail pour l'Etat et le Capitalisme. Qu'on est loin de la réalisation de soi prônée par le système éducatif!

Quand j'étais avec l'instit, j'ai fait une overdose de vacances, ça devenait les travaux forcés à cause des trop nombreux congés de l'EN.

Foulques

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 5 Aoû 2011 - 13:58 par brusyl

PS : Jorion fait aujourd'hui une analyse qui me semble intéressante de cette impasse du capitalisme

http://www.pauljorion.com/blog/?p=27044

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 5 Aoû 2011 - 13:49 par brusyl

ouais mais la perspective d'un krack se précise tout de même assez nettement !
Pour ta question du capitalisme qui s'auto-dévore.. pourquoi ? incompétence ? incapacité se sortir de ses schémas et modèles ?

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 4 Aoû 2011 - 14:34 par Invité

brusyl a écrit:En tout cas, ce qui est frappant en ce début du mois d'août est le silence des medias ...
Dedieu, vivement que tout cela pète !

Les journalistes sont en vacances! Et la description de la cata (financière) n'est pas propice à faire du tirage pour une presse toujours engluée dans le marasme à cause de la désaffection/rejet du conditionnement.
Il serait pendable que le Capitalisme amène la faillite des états, elle-même entraînant sa propre mort comme un ogre qui meurt d'indigestion....

Foulques

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 4 Aoû 2011 - 13:15 par brusyl

En tout cas, ce qui est frappant en ce début du mois d'août est le silence des medias alors que la zone euro s'enfonce dans une zone de tempête qui pourrait bien couler le navire : rien de rien à la radio, un ch'ti article de rien du tout sur le libé d'aujourd'hui, que dalle sur le site du Monde...
Dedieu, vivement que tout cela pète !

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 4 Aoû 2011 - 10:01 par Invité

La Panamera, ça coûte un bras ...avec Rolex!

Très bonne


country skinner a écrit:

Pour suivre la dette : http://www.economist.com/content/global_debt_clock

Il semble que l'Economist soit un gros tricheur sur les chiffres américains avec un déficit 2011 annoncé à 10 235$ (67.8%) alors que le plafond a déjà été dépassé à 14 294 Md$ (100%).

"Le Trésor avait atteint à la mi-mai le plafond légal de la dette publique, fixé jusqu'à mardi à 14.294 milliards de dollars.
Les Etats-Unis rejoignent le groupe des quelques pays dont la dette publique est supérieure au PIB, qui compte selon les données du Fonds monétaire international le Japon (229%), la Grèce (152%), la Jamaïque (137%), le Liban (134%), l'Italie (120%), l'Irlande (114%) ou encore l'Islande (103%)."


L'Espagne n'a pas été oubliée, elle est bcp moins endettée que la France et l'Allemagne qui sont au dessus de 80%. La cible favorite des notateurs-spéculateurs américains est presque un pays modèle. Je soupçonne ces 3 agences de percevoir des fonds occultes en remerciement de dégradations abusives de la part des fonds alternatifs et la caution tacite de l'Etat US pour détourner l'attention de chiffres américains catastrophiques dont sont responsables les baisses d'impôts injustifiables et les champs de bataille de G.W.Bush.
Les mêmes stupides baisses d'impôts en faveur des plus gros contribuables se retrouvent en Allemagne, en France, en Angleterre, en Irlande, etc...créant des déficits qui sont comblés par les petites gens (c'est nous!) en ponctionnant leur pouvoir d'achat, ce qui a pour conséquence de réduire l'activité commerciale et industrielle.

Toujours la même antienne: "Sauvons les riches..."

Foulques

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 3 Aoû 2011 - 12:38 par brusyl

ca me rappelle une blague...

Devant l'entrée du siège social de sa banque, un trader gare sa Porsche Panamera (Turbo!) flambant neuve, histoire de frimer devant ses collègues. Comme il commence à sortir de sa voiture un camion, à toute allure, passe si près qu'il arrache la porte ! Puis disparait aussi vite.

Le trader se rue sur son portable et appelle la police.

Cinq minutes après les flics sont là. Avant même qu'un des policiers n'ait pu poser la moindre question, le trader commence à hurler : "Ma Panamera, ma superbe Turbo est foutue. Quoi que fassent les carrossiers, ce ne sera plus jamais la même ! Elle est foutue, elle est foutue !"

Quand il semble avoir enfin fini sa crise, le policier hoche la tête avec dégoût et dit : "C'est absolument incroyable à quel point, vous autres banquiers, vous êtes matérialistes ! Vous êtes si concentrés sur vos biens que nous ne pensez à rien d'autre dans la vie."

"Comment pouvez-vous dire une chose pareille à un moment pareil ?" sanglote alors le propriétaire de la Porsche.

Le policier répond: "Vous n'avez même pas conscience que votre avant-bras gauche a été arraché quand le camion vous a heurté."

Le banquier regarde son bras avec horreur...

"PUTAIN !!!" Ma Rolex ?!!!!..

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 3 Aoû 2011 - 8:53 par country skinner

J'ai entendu ce matin à la radio qu'un économiste américain s'est mis à pleurer en direct
Un économiste peut être, mais un trader ne pleure jamais (sauf quand il égratigne sa lamborghini ?)

Pour suivre la dette : http://www.economist.com/content/global_debt_clock

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 2 Aoû 2011 - 11:44 par brusyl

j'ai cru comprendre que l'on avait une nouvelle fois sauvée la planète d'un cataclysme financier majeur

Mmmm rien de moins sûr ! à voir le peu de répercussion qu'ont les plans grecs et américains sur les places financières : les bourses continuent inexorablement de plonger.
J'ai entendu ce matin à la radio qu'un économiste américain s'est mis à pleurer en direct sur une chaine de télé où il commentait ce plan..

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 2 Aoû 2011 - 11:41 par Mister Cyril

Ouaih... file moi du papier millimétré et des feutres et je te fais ça en 3 D moa...bien le bonjour les cocos j'ai cru comprendre que l'on avait une nouvelle fois sauvée la planète d'un cataclysme financier majeur...ça doit faire la 15 ou 20ème depuis Lemanh's...G8, G20, FMI, réunions européennes, congrès américain...bon tout va bien tant qu'il reste du magret et du rouge...bizz à tous!!!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 30 Juil 2011 - 13:57 par Donald11

En 2012, je voterai pour Microsoft excel ... car ce sont ses graphiques qui parlent vrais !!!
C'est presque aussi beau que du Dali !!!
Bises ma belle.

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum