occupywallstreet

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

27092011

Message 

occupywallstreet




Chomsky

"N’importe qui ouvre un peu les yeux sait que le gangstérisme de Wall Street — des institutions financières en général — a causé des dégâts graves à la population des États-Unis (et du monde). Et devrait aussi savoir comment ceci s'aggrave depuis 30 ans parallèlement à l'augmentation radicale de leur pouvoir économique et de leur puissance politique. Cela constitue un cercle vicieux qui a concentré une richesse immense et avec elle le pouvoir politique dans un secteur minuscule de la population, une fraction de 1 %, tandis que le reste devient de plus en plus ce qu’on nomme de temps en temps "un précariat" — qui essaie de survivre dans une existence précaire. Ces gens exercent ces abominables activités dans une impunité presque complète — pas seulement qu’elles soient trop grandes pour échouer mais encore "trop grandes pour la prison".

Les courageuses et honorables protestations en cours à Wall Street devraient servir à porter cette calamité aux yeux du public, aboutir à des efforts dans le but de la surmonter, et installer la société sur une voie plus saine.

Anyone with eyes open knows that the gangsterism of Wall Street — financial institutions generally — has caused severe damage to the people of the United States (and the world). And should also know that it has been doing so increasingly for over 30 years, as their power in the economy has radically increased, and with it their political power. That has set in motion a vicious cycle that has concentrated immense wealth, and with it political power, in a tiny sector of the population, a fraction of 1%, while the rest increasingly become what is sometimes called “a precariat” — seeking to survive in a precarious existence. They also carry out these ugly activities with almost complete impunity — not only too big to fail, but also “too big to jail.”

The courageous and honorable protests underway in Wall Street should serve to bring this calamity to public attention, and to lead to dedicated efforts to overcome it and set the society on a more healthy course.


Michael Moore


La video est en anglais désolée, pas encore sous-titrée. Mais MM fait une analyse très intéressante de la colère du peuple américain qui sous tend actuellement le pays et qui pourrait selon lui jaillir comme un geyser à n'importe quelle occasion.


avatar
brusyl
Admin

Nombre de messages : 3110
Date d'inscription : 17/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

occupywallstreet :: Commentaires

avatar

Message le Dim 20 Nov 2011 - 21:56 par brusyl

Image d'Epinal ? je vois pas trop le rapport.....
De la simple logique : pourquoi iraient- ils aller dépenser 850 000 euros pour quelques chevelus drogués qui ont décidé de planter leur tente ailleurs que dans un camping ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 20 Nov 2011 - 21:29 par Mister Cyril

Donald11 a écrit:[Enfin, je soumets ceci a ta sagacite et a celle des cybermaquisards :
"Révolution ou soulèvement populaire ?
Certains auteurs ne qualifient pas ces évènements de « révolution » : si le changement politique est rapide, il n’est pas encore complet, et ne s’accompagne pas de changements économiques et sociaux radicaux ; Baudoin Dupret observe une « rénovation » sociale et regrette que les observateurs reprennent le discours des acteurs sans prise de distance critique.
D’autres auteurs, sans remettre en cause le caractère révolutionnaire du processus en cours, considèrent que sans changement en profondeur de la société, du système politique, des valeurs et des comportements, il n’y a pas de révolution. De même, aucun responsable en poste avant la révolution du 25 janvier n’a quitté volontairement son poste, admis ses erreurs, ou exprimé un désir de se changer lui-même. La révolution n’est donc pas achevée.


Bizz mon Poussinet

Nan je ne mélange pas tout j'ai pris un raccourci pensant que les esprits vifs et éclairés de ce forum comprendraient, mais j'aurais jamais du écrire ça la semaine du Gaillac primeur (et toc!).

Quant à la "révolution égyptienne" à part les Moubaraks and co, c'est toujours l'armée et l'oligarchie traditionnelle au pouvoir, il n'y a aucun doute là-dessus; d'ailleurs hier je voulais coller un article là-dessus dans une vieille rubrique que j'avais intitulé "les révolutions confisqués" ou quelques choses dans ce goût là mais je l'ai pas trouvé hé héééé....

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 20 Nov 2011 - 19:03 par Donald11

brusyl a écrit:C'est aussi un signe que le mouvement commence à leur faire peur... pas si négatif que cela...
Tu y crois vraiment ? C'est beau comme une image d'Epinal !

Dernière édition par Donald11 le Lun 21 Nov 2011 - 11:40, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 20 Nov 2011 - 19:01 par Donald11

Mister Cyril a écrit:Oui mon canard, je sens monter en toi le leader révlutionnaire qui nous manque...continue camarade...
Non, non, et non. Je suis tout ce que tu veux, sauf un leader. J'ai deja bien trop de mal a me conduire moi-meme !
juste une remarque sur cette salope d'opinion publique, ces chiffres sont toujours trompeurs puisqu'on nous explique que même quand il y a 2 ou 3 millions de gugus dans la rue c'est une petite minorité, c'est exact...mais c'est pousser le légalisme à l'extrême de l'absurde et l'Histoire politique est presque toujours le fruit d'une minorité, place Tahir ils étaient 200 000 sur une population de 80 millions d'habitants et pourtant...alors oui 20 000 zigotos c'est pas suffisant mais marre de la dictature du nombre et surtout dorénavant on a toutes les preuves que le suffrage universel est devenu l'échelon le plus élaboré de la servitude volontaire...spécial dédicace à mes amis espagnols!!!
Tu melanges tout mon Poussinet. Tu compares Republique-Nation avec Martine, OWS et ses 20 000 eparpilles, et la place Tahrir. Dans les deux premiers cas, la situation n'est, certes, pas tres facile, mais bon... Faudra encore attendre quelques mois ou quelques annees pour en arriver au niveau de la revolution egyptienne. Par contre, pour cette derniere, il ne faut pas perdre de vue la repression : plus de 12 000 arrestations , 11879 manifestants jugés par la justice militaire, 8071 condamnations (HRW2), 9 000 manifestants blesses (8000 selon la commission d’enquête pour les 18 jours de janvier-février, plus 1000 pour les 29-30 juin, et des centaines de disparus, et de 890 morts, dont 26 policiers (commission d’enquête) à entre 1000 et 2000 (CEDEJ).
Pour finir, on parle de 8 millions d'Egyptiens dans les rues le 1er fevrier 2011, dont plus de 2 millions au Caire.

Enfin, je soumets ceci a ta sagacite et a celle des cybermaquisards :
"Révolution ou soulèvement populaire ?
Certains auteurs ne qualifient pas ces évènements de « révolution » : si le changement politique est rapide, il n’est pas encore complet, et ne s’accompagne pas de changements économiques et sociaux radicaux ; Baudoin Dupret observe une « rénovation » sociale et regrette que les observateurs reprennent le discours des acteurs sans prise de distance critique.
D’autres auteurs, sans remettre en cause le caractère révolutionnaire du processus en cours, considèrent que sans changement en profondeur de la société, du système politique, des valeurs et des comportements, il n’y a pas de révolution. De même, aucun responsable en poste avant la révolution du 25 janvier n’a quitté volontairement son poste, admis ses erreurs, ou exprimé un désir de se changer lui-même. La révolution n’est donc pas achevée.


Bizz mon Poussinet

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 19 Nov 2011 - 22:18 par brusyl

C'est aussi un signe que le mouvement commence à leur faire peur... pas si négatif que cela...

En tout cas je me demande pourquoi il se préparent à dépenser autant pour leur com : ils ont à leur disposition toute une presse gratuite pour eux et à leurs ordres !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 19 Nov 2011 - 22:11 par Mister Cyril

Juste par rapport à notre discussion d'hier sur le changementde traitement médiatique de la "violence"



Etats-Unis: des lobbyistes proposent de saper "Occupy Wall Street"

Des lobbyistes réputés, liés aux banques, ont proposé un plan de 850.000 dollars pour attaquer le mouvement Occupy Wall Street et les hommes politiques qui lui seraient favorables, a rapporté samedi la chaîne de télévision américaine MSNBC. Des lobbyistes réputés, liés aux banques, ont proposé un plan de 850.000 dollars pour attaquer le mouvement Occupy Wall Street et les hommes politiques qui lui seraient favorables, a rapporté samedi la chaîne de télévision américaine MSNBC.

Dans un mémo de quatre pages, publié par MSNBC, la firme de Washington Clark Lytle Geduldig & Cranford (CLGC) propose à l'Association des banques américaines (ABA) de mener une "recherche" sur Occupy Wall Street pour "construire un récit négatif" sur le mouvement, "à placer dans les médias", ainsi que sur "ceux qui les soutiennent".

Il préconise aussi, dans ce plan de 60 jours, de surveiller et d'analyser les réseaux sociaux.

Les stratèges démocrates "discutent ouvertement" de la question de soutenir Occupy Wall Street (OWS), affirme le mémo. S'ils le font, "cela voudrait dire davantage qu'une gêne passagère pour Wall Street. Cela peut avoir un impact de très longue durée, politique et financier, pour les compagnies au coeur" de Wall Street, ajoute ce mémo.

"C'est peut-être facile de rejeter OWS comme un groupe de manifestants désordonnés, mais ils ont démontré qu'ils devaient plutôt être traités comme des concurrents organisés, très habiles et capables de travailler les médias (...) Pour contrer cela, nous devons faire de même", écrit CLGC qui s'inquiète également d'un possible terrain d'entente entre le Tea Party et Occupy Wall Street.

Il souligne que cette combinaison pourrait devenir "explosive" quand les "médias vont couvrir la nouvelle série de bonus et les opposeront aux histoires de millions d'Américains ayant moins d'argent durant les fêtes".

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 19 Nov 2011 - 10:32 par Mister Cyril

Oui mon canard, je sens monter en toi le leader révlutionnaire qui nous manque...continue camarade...

juste une remarque sur cette salope d'opinion publique, ces chiffres sont toujours trompeurs puisqu'on nous explique que même quand il y a 2 ou 3 millions de gugus dans la rue c'est une petite minorité, c'est exact...mais c'est pousser le légalisme à l'extrême de l'absurde et l'Histoire politique est presque toujours le fruit d'une minorité, place Tahir ils étaient 200 000 sur une population de 80 millions d'habitants et pourtant...alors oui 20 000 zigotos c'est pas suffisant mais marre de la dictature du nombre et surtout dorénavant on a toutes les preuves que le suffrage universel est devenu l'échelon le plus élaboré de la servitude volontaire...spécial dédicace à mes amis espagnols!!!

Bizz mon palmipède!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 19 Nov 2011 - 9:35 par Donald11

Quelques chiffres :
308 millions d'habitants
9% de chômeurs (je vous laisse faire le compte mais ça doit tourner autour de 10 millions, a la louche)
30 000 OWS ...
Et l'opinion publique, cette salope, qui retourne sa veste ... Quelle connasse !!! D'un autre cote, il est vrai que ça fait deux mois que ça dure le bordel !!! Même si ça ne la touche pas directement, l'opinion publique reste très conservatrice.

D'un autre cote, qu'est-ce qu'ils foutent ces chomistes ?

Avec Coluche, répétez après moi : choisis ton camp camarade ...!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 18 Nov 2011 - 21:48 par Mister Cyril

Occupy Wall Street promet d'aller plus loin, après une journée "historique" :


Occupy Wall Street semblait déterminé vendredi à construire un mouvement "encore plus large", au lendemain d'une journée de mobilisation "historique" aux Etats-Unis organisée pour marquer les deux mois de sa naissance à New York.

Des manifestations anti-Wall Street ont eu lieu jeudi dans plusieurs villes dont New York, Los Angeles, Dallas, Seattle, Portland et Washington.

La plupart se sont déroulées dans le calme, mais des incidents ont aussi opposé des manifestants à la police, notamment à New York, où 250 personnes ont été arrêtées et sept policiers et dix manifestants blessés.

Avec le soutien des syndicats et des étudiants, le mouvement a affirmé y avoir rassemblé dans la soirée jusqu'à 30.000 personnes lors d'une marche sur la partie piétonne du pont de Brooklyn. La police n'a donné aucune estimation.

"C'était un succès. Nous étions plus nombreux que lors de la manifestation du 5 octobre, le précédent rassemblement organisé avec les syndicats", a estimé Bill Dobbs, un porte-parole d'Occupy Wall Street (OWS).

"Une journée historique d'action", affichait le site internet d'OWS, se félicitant de "l'ascension d'un mouvement puissant et divers pour la justice sociale".

Dans un pays traumatisé par un chômage à 9%, Occupy Wall Street dénonce les excès du monde de la finance et les inégalités croissantes aux Etats-Unis.

Le mouvement n'a pas de leader et refuse d'être associé à un parti politique.

Les manifestations avaient été prévues avant l'opération policière qui a démantelé le camp d'OWS à New York dans la nuit de lundi à mardi.

"Avant même le démantelement du camp, nous travaillions en de nombreux endroits et nous continuons. Le travail ne s'arrête pas", a précisé Bill Dobbs, expliquant qu'OWS réfléchissait en permance à sa "stratégie" et à "comment construire un mouvement plus large pour avoir un impact sur la politique".

Mais quelle stratégie ? Les protestataires ne sont pas toujours d'accord entre eux, certains avouent en privé ne pas avoir de plan précis.

Outre New York, plusieurs campements, déjà menacés par l'hiver, ont été fermés par la police ces derniers jours, après une concertation téléphonique entre des maires, notamment à Portland, Denver, Oakland, Burlington, Salt Lake City et Saint Louis.

Tous les journaux new-yorkais, à l'exception du New York Post, affichaient en une vendredi une photo des manifestations. Le New York Times montrait une confrontation entre la police et les manifestants, dont quelques centaines avaient tenté sans succès jeudi matin de bloquer la Bourse de New York.

Le Daily News affichait la photo d'un manifestant le visage en sang, avec en titre "pour avoir crié fort".

Le patron de la police Ray Kelly et le maire de New York Michael Bloomberg avaient dès jeudi affirmé que la police avait fait preuve de retenue.

"Des gens voulaient être arrêtés. Cela fait clairement partie de leur stragégie et de leur tactique", avait déclaré M. Kelly.

Jusqu'à présent, l'opinion publique américaine est restée plutôt favorable au mouvement.

Mais avec les images de violence, le nombre des Américains hostiles au mouvement a augmenté, selon un sondage publié cette semaine.

Ainsi, 45% en ont une opinion défavorable, contre 36% le mois dernier. Ceux favorables à OWS sont passés de 35 à 33%, selon ce sondage de l'institut Public Policy Polling (PPP). "La controverse autour des manifestations commence à noyer leur message", a estimé Tom Jensen, analyste de PPP.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 18 Nov 2011 - 18:39 par Donald11

Et sur le parvis de la grande arche, a la Défense, ça persiste :
http://www.telerama.fr/monde/a-la-defense-les-indignes-resistent-au-vent-du-capitalisme,75182.php
Et si j'habitais encore le quartier, j'irais bien leur faire le café et tchatcher avec eux. Ça ne m'empêche pas de penser que tout ça est bien bisounours ...

Quant au chanteur Makana, il semblerait que sa chanson n'ait pas été entendue par l'assistance. Indifférence totale pendant 40 minutes ! Enfin, je dis ça, j'ai rien dit.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 18 Nov 2011 - 18:20 par brusyl

Bisounours peut-être.... mais ils en ont des grosses eux et pas simplement dans l'avatar !

Makana, chanteur frondeur, défie Obama et ses convives


Makana a désormais son «quart d'heure» de gloire. Ce chanteur hawaïen, invité samedi soir au dîner des chefs d’Etat de l’Asie-Pacifique, a interprété une chanson de soutien aux manifestants anti-Wall Street.

Alors que les représentants des 21 pays membres du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (Apec) dégustaient leur dîner offert par Obama dans sa ville natale d’Honolulu, le chanteur localement populaire a ouvert sa chemise pour découvrir un tee-shirt portant l’expression «Occupy with Aloha», ce qui peut se traduire par «Occupons avec amour».

Il a alors interprété sa nouvelle chanson, We are the many («Nous sommes le plus grand nombre»), reprenant le thème «nous sommes les 99%» des manifestants qui occupent un parc proche de Wall Street depuis deux mois à New York.


«J’étais assez inquiet. J’étais même terrorisé. Je me demandais: qu’est-ce qui va m’arriver», a déclaré Makana, 33 ans. Selon lui, la chanson, qu’il a interprétée en boucle pendant 40 minutes, lui a valu quelques regards génés de la part de certains convives, mais le couple Obama étaient apparemment trop absorbés par leurs hôtes pour s’apercevoir de quoi que ce soit.

«Nous occuperons les rues, nous occuperons les tribunaux, nous occuperons vos bureaux jusqu’à ce que vous vous préoccupiez du plus grand nombre, pas de quelques-uns», proclame la chanson, diffusée sur l’internet. «C’était incroyablement comique», a rapporté l’artiste. «J’étais terrorisé mais en même temps je me suis bien amusé».

Le dîner, auquel participaient les président chinois Hu Jintao et russe Dmitri Medvedev dans un grand hôtel en bord de plage, a entraîné le bouclage d’une partie de la station balnéaire de Waikiki, surveillée par des centaines de policiers et de militaires.

Quelque 400 manifestants anticapitalistes et favorables à l’indépendance de Hawaii ont ainsi été empêchés d’approcher samedi du secteur où se déroulait le dîner des chefs d’Etat.


que j'ai pris la peine de vous traduire... (vite fait mal fait mais le sens est là)

We Are The Many
Lyrics and Music by Makana
Makana Music LLC © 2011

Download song for free here:
http://makanamusic.com/?slide=we-are-the-many

We Are The Many -nous sommes le nombre
Ye come here, gather 'round the stage -nous venons ici, nous rassembler autour de la scène
The time has come for us to voice our rage -le temps est venu d'exprimer notre rage
Against the ones who've trapped us in a cage -contre ceux qui nous ont piégés dans une cage
To steal from us the value of our wage-pour nous dérober le fruit de notre travail

From underneath the vestiture of law De dessous les déguisement du droit (?)
The lobbyists at Washington do gnaw - les lobbyistes à Washington grignotent
At liberty, the bureaucrats guffaw,- au mot liberté, les bureaucrates éclatent de rire
And until they are purged, we won't withdraw -et ils ne s'en iront pas tant que nous ne les auront pas éliminés

We'll occupy the streets -nous allons occuper les rues
We'll occupy the courts -nous allons occuper les tribunaux
We'll occupy the offices of you -nous occuperons vos bureaux
Till you do-jusqu'à que ce que vous le fassiez vous-même
The bidding of the many, not the few -c'est la loi du nombre et non de quelques uns

Our nation was built upon the right _notre nation a été construire sous le droit
Of every person to improve their plight _de chaque personne d'améliorer son sort
But laws of this Republic they rewrite _mais ils ont réécrit les lois de la république
And now a few own everything in sight _et maintenant seuls quelques uns peuvent tout posséder

They own it free of liability -ils possèdent dégagés de toute responsabilité
They own, but they are not like you and me -ils possèdent mais ils ne sont pas comme toi et moi
Their influence dictates legality -leur influence régente la justice
And until they are stopped we are not free -et nous ne seront pas libres tant qu'on ne aura pas stoppés

We'll occupy the streets
We'll occupy the courts
We'll occupy the offices of you
Till you do
The bidding of the many, not the few

You enforce your monopolies with guns - Vous renforcez vos monopoles avec des fusils
While sacrificing our daughters and sons -et vous sacrifiez nos filles et nos fils
But certain things belong to everyone -mais certains biens appartiennent à tout le monde
Your thievery has left the people none -vous les avez volés, ne laissant rien au peuple

So take heed of our notice to redress -alors prenez bien en compte nos avertissements
We have little to lose, we must confess -nous n'avons plus grand chose à perde, nous devons le confesser
Your empty words do leave us unimpressed -vos mots vides de sens nous laissent de marbre
A growing number join us in protest -et de plus en plus se joignent à notre contestation

We occupy the streets
We occupy the courts
We occupy the offices of you
Till you do
The bidding of the many, not the few

You can't divide us into sides -Vous pouvez essayer de nous diviser
And from our gaze, you cannot hide -mais vous pourrez pas vous dérober à nos regards
Denial serves to amplify- le déni ne fait qu'amplifier le mouvement
And our allegiance you can't buy- et votre argent n'achètera pas notre soumission

Our government is not for sale -Notre gouvernement n'est pas à vendre
The banks do not deserve a bail -les banques ne méritent pas de s'en sortir
We will not reward those who fail - pas de récompense à ceux qui ont échoué
We will not move till we prevaile - nous ne bougerons pas tant que nous ne l'aurons pas emporté

We'll occupy the streets
We'll occupy the courts
We'll occupy the offices of you
Till you do
The bidding of the many, not the few

We'll occupy the streets
We'll occupy the courts
We'll occupy the offices of you
Till you do
The bidding of the many, not the few

We are the many
You are the few


Dernière édition par brusyl le Ven 18 Nov 2011 - 19:02, édité 2 fois

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 18 Nov 2011 - 16:19 par Donald11

Je ne suis pas loin de penser que OWS est un truc de bisounours qui va finir en eau de boudin. Quelques coups de matraque, quelques mises au frais derrière les barreaux, et hop ! Wall street repart a la baisse ... et le caca40 avec ... Nous sommes enfin sauves ! En fait, je rêve d'un caca40 a zéro et tant pis pour Ratounet.
Pffffffff ! Ça m'assèche la gorge tous ces discours boiteux. Vais me servir un pastaga ou trois, manière de noyer ma cervelle de canard (avec un a) dans une brume éthylique !
Je vous aiaiaiaiaiaimmmmmmmmmmmmmeuh !
Bises a tous.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 18 Nov 2011 - 13:09 par Mister Cyril

Donald11 a écrit:. C'est une nation imperialiste, polluante, et imbue d'elle-meme. Qu'elle implose ne serait pas pour me deplaire ... . Et puis le probleme, c'est que son economie pourrie tient une bonne partie des autres par la barbichette avec leur billet vert de merde. Ah ! l'american way of life !


quand je vous dis qu'il est remonté comme une pendule notre Canard, putaing ça a l'air de faire du bien l'air moldave...bizz à tous les 2!!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 18 Nov 2011 - 12:50 par Donald11

Je ne suis pas plus anti-americain que pro-chinois. Mais je refute obstinement cette image d'Epinal totalement fausse qu'on leur colle. C'est une nation imperialiste, polluante, et imbue d'elle-meme. Qu'elle implose ne serait pas pour me deplaire ... sauf que c'est encore les plus fragiles qui vont morfler grave. Et puis le probleme, c'est que son economie pourrie tient une bonne partie des autres par la barbichette avec leur billet vert de merde. Mais ca ne veut pas dire pour autant que celles des autres l'est plus ou moins.
Ah ! l'american way of life !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 18 Nov 2011 - 12:38 par Donald11

brusyl a écrit:Je ne partage pas tout à fait sur ce sujet ton coup de gueule anti-américain...
Ce n'est ni un coup de gueule, ni anti-americain. Ce n'est pas parce que les autorites ont attendu deux mois pour ouvrir le bal des matraques que ca change quoi que ce soit. Sans compter que ca doit s'agiter dans les couloirs des autorites. J'observe seulement ce qui se passe la-bas, dans ce grand pays de liberteS. Y'a quand meme des limites, non ?
tout simplement parce que nous sommes très mal placés pour reprocher quoi que ce soit à qui que ce soit.!
Ta passion pro-americaine t'emporte ...
- Les américains se bougent depuis deux mois... et nous ?
Hep, a ce qu'on dit, la merde dans laquelle on est, ils en seraient quand meme pour beaucoup a l'origine, non ? Et leurs taux de chomages et de pauvrete, c'est quand meme pas la faute des franchouillards, non ?
- l'état ou les maires américains ont tout de même laissé le campement deux mois avant de les déloger (et le jour même, il y eut recours et décision de justice qui les a obligés à rouvrir le parc).
Pour quelles raisons ? En tout cas, l'expulsion a ete rapide et musclee ...
Nous, les quelques pékins qui ont monté un camps à la défense se sont fait jarter mardi dernier, au bout donc de dix jours, avec exactement la même violence qu'à NY : coups , destruction du matériel etc...
Ben oui, mais chez nous, c'est Bastille-Republique epicetou ...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 18 Nov 2011 - 12:24 par Donald11

Ouais, ben ca retire rien a mon discours precedent ... Pour l'instant on en est aux escarmouches ... Le Barack (ben oui, c'est masculin la-bas !), fait encore mine de regarder ailleurs. Et pis les emeutes de Los Angeles, c'etait en 1992, annee ou il commencait a enseigner le droit constitutionnel à l'Université de Chicago, tres loin de LA. Mais je suis sur qu'il s'est entoure de bons conseillers. Et pis, pour mater la rebellion, son pote nabot1 peut lui envoyer des retraites de chez nous, mam en tete ... Non la je deconne.
Je ferai un parallele ose avec mai 68. Notre immense Charles adule par les foules, sauf par les habitants irradies de Mururoa, avait un peu commence avec la voix chevrotante qu'on lui connaissait bien, avant de retrouver sa fermete et de reprendre la main. (tout est ici).
A OWS, les choses serieuses commencent ...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 18 Nov 2011 - 11:40 par brusyl

Pour le reste, c'est toujours "ferme ta gueule" !

Je ne partage pas tout à fait sur ce sujet ton coup de gueule anti-américain... tout simplement parce que nous sommes très mal placés pour reprocher quoi que ce soit à qui que ce soit.!
- Les américains se bougent depuis deux mois... et nous ?
- l'état ou les maires américains ont tout de même laissé le campement deux mois avant de les déloger (et le jour même, il y eut recours et décision de justice qui les a obligés à rouvrir le parc). Nous, les quelques pékins qui ont monté un camps à la défense se sont fait jarter mardi dernier, au bout donc de dix jours, avec exactement la même violence qu'à NY : coups , destruction du matériel etc...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 18 Nov 2011 - 10:37 par Mister Cyril

Donald11 a écrit:Ah ! La grande Amérique et son président a la peau noire, et aussi sa chère liberté installée dans le port de New Tork ! Yes we can ! Ouais, mais contestation interdite ! Sinon, ici comme ailleurs, ce sont les chiens de garde habilles de noir, casqués et armés, que les dirigeants vous envoient. Ça s'appelle les forces de l'ordre, parce que la contestation, c'est forcement le désordre, voire le chaos ! La différence entre Assad et Obama ? Le nombre de civils tues ... Pour le reste, c'est toujours "ferme ta gueule" !


Texte d'un album sorti en 1979, pour détendre l'atmosphère ...


Ouah en grande forme mon pépère, j'adore quand tu es comme ça...juste un témoignage ...

Occupy Wall Street : "Cette fois, je crois qu'ils nous ont entendus"
Il est 14h45 à New York, et les manifestants ont pris Broadway d'assaut. Des deux cotés de l'avenue, deux colonnes se sont formées pour remonter de Zuccotti Park jusqu'au métro de Union Square, à hauteur de la 14ème rue. Dans la matinée, ils étaient plusieurs centaines à avoir tenté d'empêcher l'ouverture de la Bourse, sans succès. Mais peu à peu, la foule a grandi. "Ceux qui pensaient que nous allions disparaitre après l'évacuation du parc n'ont rien compris" assure Vladimir, "nos idées ne vont pas disparaitre parce que nous représentons la majorité des Américains". "Nous somme les 99%" crie la foule en choeur en traversant Soho. Des ballerines regardent la caravane passer depuis les fenêtres de leur studio de danse. Un jeune invite tout le monde à rejoindre Occupy Wall Street, le "mouvement qui va enclencher une nouvelle révolution contre les inégalités en Amérique". A la sortie de Bloomingdale's, une femme en manteau de cuir a un mouvement de recul. "Pas question que je vous rejoigne" lance-t-elle sans plaisanter, "moi je préfère rester du côté des 1%".

15H30. Occupy Wall Street a rejoint le metro de Union Square. Pour cette journée d'action considérée comme une journée test, après le démantèlement de la majorité des campements de protestaires aux Etats-Unis, le mouvement avait annoncé qu'il descendrait dans le métro, pour interpeller les usagers. Finalement, les quelques 2000 personnes qui sont là préfèrent rester sur la place. De nombreux étudiants sont venus rejoindre le cortège. "Moi je les soutiens à 150%", dit Elena, qui étudie à Columbia University, "nous sommes dans un pays où seuls les riches peuvent s'en sortir. Regardez, les banques ont provoqué la crise mais personne ne les a tenues responsables, c'est un scandale. C'est la même chose pour les universités. Elles sont réservées pour l'élite, pour ceux qui peuvent dépenser des dizaines de milliers de dollars pour leurs enfants. Il faut tout changer".

16H10. Le cortège s'est remis en marche.Il prend la police de vitesse et s'invite sur la 6ème avenue, dans un chaos monstre. Les voitures klaxonnent, la circulation est bloquée, les forces de l'ordre sont débordées. Les manifestants sont repéré une banque, la TD Bank, et décident de s'y introduire par dizaines pour décréter une occupation. Après quelques échaufourrées, des banderolles sont plantées au premier étage. La police organise un cordon devant la banque, mais il est déjà trop tard. "Que ceux qui le veulent restent ici pour poursuivre l'occupation", hurle un jeune monté sur une poubelle, "que les autres poursuivent la marche".

17h00. C'est l'heure de vérité pour Occupy Wall Street. Les syndicats avaient promis qu'ils se mobiliseraient pour une marche organisée depuis Foley Square, dans le sud de Manhattan, vers le pont de Brooklyn. Et ils sont bien là. Entre 10000 et 12000 personnes sont rassemblées dans le froid. Mike Phelan, un grand costaud, tient une banderolle du SEIU, le syndicat des employés de service. "Je suis là car je fait partie des 99% qui veulent protester contre les inégalités", s'insurge-t-il, "au lieu de donner de l'argent aux riches on ferait mieux de le consacrer à l'éducation ou aux emplois". La place est noire de monde mais l'ambiance est festive. "Je représente les générations à venir qui vont se retrouver à la rue", dit une grand mère, "c'est pour elles que je me bats".

18H00. Les barrières de la police ont cédé. La foule compacte a envahi la chaussée et commence sa marche vers le Brooklyn Bridge. Il y a quelques incidents mais sans plus. Une femme passe avec une pancarte "save the middle class". Au pied du Brooklyn Bridge, le dissident chinois Shen Tong, qui a décidé de consacrer tout son temps à Occupy Wall Street, parle d'un "énorme succès". "J'ai eu peur pendant deux jours, mais maintenant je suis soulagé" confie-t-il, "l'Amérique a su se mobiliser".

20h00. Les manifestants sont toujours en train de traverser le pont, les uns derrière les autres, encadrés par les policiers. Sur le mur d'un building, un projecteur géant a inscrit un chiffre en très grand : 99%. "Cette fois, je crois qu'ils nous ont entendus. Vous ne croyez pas", dit un homme qui avance emmitoufflé dans un drapeau.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 18 Nov 2011 - 9:20 par Donald11

Ah ! La grande Amérique et son président a la peau noire, et aussi sa chère liberté installée dans le port de New Tork ! Yes we can ! Ouais, mais contestation interdite ! Sinon, ici comme ailleurs, ce sont les chiens de garde habilles de noir, casqués et armés, que les dirigeants vous envoient. Ça s'appelle les forces de l'ordre, parce que la contestation, c'est forcement le désordre, voire le chaos ! La différence entre Assad et Obama ? Le nombre de civils tues ... Pour le reste, c'est toujours "ferme ta gueule" !


Texte d'un album sorti en 1979, pour détendre l'atmosphère ...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 18 Nov 2011 - 8:26 par brusyl

New York: forte mobilisation pour les deux mois des anti-Wall Street



Le mouvement anti-Wall Street a marqué jeudi son deuxième mois d'existence par une série d'actions dans plusieurs villes américaines, principalement à New York, berceau de la contestation, où des milliers de manifestants se sont rassemblés dont au moins 200 ont été arrêtés.

En début de soirée, plusieurs milliers de manifestants, selon des journalistes de l'AFP, défilaient sur le pont de Brooklyn à New York, deux jours après le démantèlement du campement d'Occupy Wall Street du square Zuccotti, près de la Bourse.

Le cortège empruntait la voie piétonne du pont, qui relie les quartiers de Brooklyn et Manhattan, dans une ambiance festive, et la circulation des véhicules n'était pas interrompue.

Les manifestants étaient 20.000, selon le mouvement Occupy Wall Street, la police refusant de donner une estimation. Parmi eux se trouvaient de nombreux syndicalistes et des étudiants protestant contre le coût de l'éducation.

"Nous sommes inarrêtables, un autre monde est possible!", chantait la foule sur le pont, un édifice emblématique de New York très prisé des touristes, tandis que des automobilistes klaxonnaient en signe de solidarité.

Dans un véritable tour de force, les manifestants ont réussi à projeter à l'entrée du pont, sur la facade d'un gratte-ciel, la liste des villes où le mouvement a essaimé, comme Oakland ou Seattle, et des slogans tels que "N'ayez pas peur!", "Occupez le monde" ou "Joyeux anniversaire", pour célébrer les deux mois du mouvement, né le 17 septembre à New York.

Dans la matinée, plusieurs escarmouches ont éclaté entre les manifestants et la police, dans le quartier de Wall Street, dont la police avait barricadé de nombreuses rues pour empêcher les manifestants de se rapprocher de la Bourse.

Un journaliste de l'AFP a vu un manifestant battu par un policier. Un autre manifestant a été blessé au visage sur le square Zuccotti, lorsque des protestataires ont tenté de repousser des barrières métalliques, repoussés à leur tour par la police.

Au total, selon la police, au moins 200 manifestants ont été arrêtés, sept policiers et dix manifestants blessés.

D'autres manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes américaines pour cette journée d'action.

Sur la côte ouest, la police a évacué un camp anti-Wall Street et une vingtaine de personnes ont été interpellées à Los Angeles. Sur le campus de la prestigieuse université de Berkeley, près de San Francisco, une vingtaine de tentes ont été enlevées par les forces de l'ordre et plus au nord, dans l'Etat de l'Oregon, 34 personnes ont été arrêtées.

A Chicago (nord), des milliers de manifestants ont bloqué le trafic à l'heure de pointe. La police a verbalisé 46 personnes. Dans la capitale Washington (est), plus de 300 personnes ont manifesté sans incident.

Le cortège new-yorkais était parti tôt jeudi du square Zuccotti, berceau du mouvement, dont les tentes avaient été démontées par la police dans la nuit de lundi à mardi.

Les New Yorkais cherchant à se rendre à leur travail ne pouvaient passer qu'en présentant leur badge à la police. "Wall Street est fermée!", criaient les manifestants, dont certains scandaient également le désormais fameux "nous sommes les 99%".

"C'est mauvais, tout ça...", se lamentait au milieu de l'agitation un homme tentant de se rendre à son bureau, Wall Street Journal à la main.

"Nous voulons faire entendre notre voix et faire connaître notre frustration", a déclaré un porte-parole du mouvement, Mark Bray.

Ce mouvement sans leader ni revendications précises, qui explique vouloir être une voix indépendante pour susciter un changement, a depuis essaimé dans au moins une vingtaine de villes américaines, et s'est installé sur quelques campus.

Cette journée d'actions a également été suivie de l'autre côté de l'Atlantique: les campeurs anti-Wall Street installés dans la City de Londres ont rejeté l'ultimatum qui exigeait qu'ils plient les tentes avant 18H00 GMT, ouvrant la voie à une bataille judiciaire avec la municipalité.
http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20111117.AFP9008/new-york-forte-mobilisation-pour-les-deux-mois-des-anti-wall-street.html

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 15 Nov 2011 - 22:50 par Mister Cyril

Plusieurs centaines de manifestants d'Occupy Wall Street se sont rassemblés mardi matin dans un autre espace public du sud de Manhattan à New York, déterminés à poursuivre leur action après leur éviction du square qu'ils occupaient depuis le 17 septembre.
En milieu de matinée, ils y ont tenu une assemblée générale, à l'angle de la 6e avenue et de Canal Street, a constaté l'AFP.
Des panneaux dénonçaient la brutalité de l'intervention menée en pleine nuit par des centaines de policiers pour déloger les protestataires du square Zuccotti, situé dans le quartier de Wall Street.
New York : les manifestants anti-Wall Street déterminés après leur évictionLa police évacue le square des anti-Wall Street à New York
Quelque 200 personnes auraient été arrêtées, selon la presse locale. La police a refusé de confirmer ce chiffre dans l'immédiat.
En fin de matinée, Occupy Wall Street (OWS) a annoncé que plusieurs centaines de manifestants retournaient au square Zuccotti, pour faire respecter l'ordre d'une juge qui a temporairement "gelé" la mesure d'expulsion.
Mais ils n'ont pas pu pénétrer dans le square entièrement nettoyé. Le maire Michael Bloomberg a annoncé dans une conférence de presse qu'il resterait fermé tant que la situation juridique ne serait pas clarifiée.
"Nous sommes horrifiés par ce qu'a fait la municipalité, mais nous ne sommes pas découragés. Nous sommes aujourd'hui plus forts que nous l'étions hier, et serons encore plus forts demain", a déclaré OWS dans un communiqué.
"Ce mouvement ne peut être limité à un endroit de Manhattan. Il est plus important que cela. Vous ne pouvez pas expulser une idée quand son temps est venu", ont ajouté les protestataires.
Le maire a justifié l'éviction, menée en pleine nuit alors que les protestataires dormaient, en expliquant que la situation dans le square "était devenue intolérable".
"Malheureusement, le parc devenait un endroit où les gens ne venaient pas pour protester mais pour violer la loi", a-t-il ajouté, mettant également en avant des raisons de "sécurité et de santé".
M. Bloomberg a ajouté que les manifestants pourraient revenir une fois le parc entièrement nettoyé, mais a précisé qu'ils devraient en respecter les règles qui interdisent les tentes et sacs de couchage.
C'est cette décision que les manifestants ont immédiatement contesté devant la justice, conduisant à la décision temporaire de la juge Lucy Billings.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 13 Nov 2011 - 11:40 par brusyl

Les allemands sont beaucoup plus durement touchés que nous ! moins de solidarité sociale, quantité de personnes qui travaillent pour des salaires très bas, énorme précarité du marché du travail, pas de salaire minimum (le débat est actuellement en cours, ils évoquent un smic à 7 euros contre 9 chez nous)
Et en moyenne, les salaires ont baissé de 4% ces dix dernières années.
Bon dimanche à toi aussi my mimi !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 13 Nov 2011 - 10:52 par Mister Cyril

Comme quoi l'argument que cela ne décolle pas en France parce qu'on n'est pas assez dans la mouise n'est pas suffisant...puisque le nouveau modèle officiel est plus révolté que nous; bon dimanche ma Bru!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 12 Nov 2011 - 21:37 par brusyl

[b]Allemagne: des milliers de manifestants contre "le pouvoir des banques"

A Francfort et Berlin, près de 20.000 allemands ont crié leur opposition au capitalisme.

Plusieurs milliers de personnes ont participé samedi à des marches de protestation contre "le pouvoir des banques" à Berlin et à Francfort, a-t-on appris auprès des organisateurs et de la police.

Dans le centre de la capitale, aux abords du parlement allemand et de la porte de Brandebourg, quelque 8.000 personnes, selon l'organisation alter-mondaliste Attac et 5.000 selon la police berlinoise, ont défilé dans le froid mais sous le soleil derrière une banderole sur laquelle était écrit le slogan: "Une véritable démocratie contre le capitalisme: occupons le Bundestag ! "

A Francfort, quelque 10.000 personnes, selon Attac, étaient présentes dans le cortège des "indignés" qui arboraient notamment des pancartes appelant à remettre les "banques à leur place". Contactée par l'AFP, la police de Francfort n'était pas joignable.

A Francfort, un campement d'"indignés" à l'initiative du mouvement "Occupy Frankfurt" qui a été créé dans le sillage de son homologue américaine "Occupy Wall Street", s'est installé depuis plusieurs semaines devant le siège de la Banque centrale européenne.

http://www.lalibre.be/actu/international/article/699515/allemagne-des-milliers-de-manifestants-contre-le-pouvoir-des-banques.html

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 12 Nov 2011 - 13:46 par brusyl

Merci mister de l'information .

4 morts, en deux mois, dans toutes les villes ou un OWS s'est mis en place, ce ne doit pas être supérieur à la moyenne nationale de morts violentes ou par overdose. Mais il était évident que la puissance publique se saisirait du premier prétexte qu'elle trouverait pour dégager ces campements.

Pour Occupy Portland j'ai été voir sur leur page : l'assemblée générale d'hier a décidé de résister et de rester sur les lieux.
Avec le décalage horaire, cela sera 9h heures demain soir ...

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum