Journée du 15 octobre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

15102011

Message 

Journée du 15 octobre




L'internationale des Indignés en manif
actualiséDe Madrid à New York, des rassemblements contre la précarité et le pouvoir de la finance sont prévus dans 82 pays. Des violences ont éclaté à Rome.

De Madrid à New York, comme dans des centaines de villes à travers le monde, les "indignés" ont manifesté samedi contre la précarité liée à la crise et le pouvoir de la finance, pour la première journée planétaire de ce mouvement né en Espagne au printemps.

Sous les slogans "Peuples du monde, levez-vous" ou "Descends dans la rue, crée un nouveau monde", les "indignés" avaient appelé à manifester dans 951 villes de 82 pays, selon le site 15october.net, contre la précarité liée à la crise et le pouvoir de la finance.

Des violences ont éclaté samedi à Rome où la police a chargé des manifestants, en marge du défilé des "indignés" qui a réuni des dizaines de milliers de personnes dans la capitale italienne lors de la première journée mondiale organisée par ce mouvement.

Dans le centre de Rome, la police a chargé alors que des centaines d'éléments incontrôlés, masqués de foulards noirs, lançaient fumigènes, cocktails Molotov et bouteilles contre les forces de l'ordre.

D'autres éléments ont mis le feu à une annexe du ministère de la Défense. Des flammes s'échappaient du bâtiment autour duquel se trouvaient en milieu d'après-midi une centaine d'inconnus cagoulés de noir qui ont mis le feu également à deux voitures.

Pendant ce temps des dizaines de milliers de personnes manifestaient pacifiquement, brandissant des pancartes "Une seule solution, la Révolution!", "Nous ne sommes pas des biens dans les mains des banquiers".



A Rome (Max Rossi/Reuters)

A Londres, où des heurts mineurs avec la police se sont produits à la mi-journée, 800 "indignés" se sont rassemblés dans la City et ont reçu le renfort inopiné du fondateur de Wikileaks Julian Assange.

L'arrivée d'Assange, qui est en liberté conditionnelle dans un manoir près de Londres en attendant une éventuelle extradition vers la Suède où il est poursuivi pour viol, a suscité des cris de joie.

"Nous soutenons ce qui se passe ici parce que le système bancaire à Londres est le bénéficiaire d'argent issu de la corruption", a lancé le fondateur de WikiLeaks sur les marches de la cathédrale Saint-Paul, où étaient massés les manifestants.

"Je suis venu par solidarité avec les mouvements qui se déroulent dans le monde entier", confiait Ben Walker, un enseignant de 33 ans. "Nous voulons qu'il y ait un peu de justice dans le système financier mondialisé".

Les "indignés" ont reçu aussi le soutien du gouverneur de la Banque d'Italie, Mario Draghi, qui doit prendre la tête le mois prochain de la Banque centrale européenne.

"Les jeunes ont raison d'être indignés", a déclaré M. Draghi à des journalistes italiens en marge de la réunion du G20 à Paris. "Ils sont en colère contre le monde de la finance. Je les comprends", a déclaré cet économiste de 64 ans.

Cinq mois après l'apparition du mouvement, le 15 mai à Madrid, les "indignés" ou d'autres groupes comme "Occupy Wall Street" ont ciblé tout particulièrement de hauts lieux de la finance mondiale, comme le quartier des affaires de New York, la City de Londres ou la BCE à Francfort, devant laquelle 5.000 à 6.000 personnes se sont rassemblées.

"D'Amérique jusqu'en Asie, d'Afrique à l'Europe, les peuples se lèvent pour revendiquer leurs droits et réclamer une vraie démocratie", affirme le manifeste du 15 octobre. "Les puissances travaillent pour le bénéfice de quelques uns, ignorant la volonté de la grande majorité. Cette situation intolérable doit cesser".

«Si vous ne nous laissez pas rêver, nous ne vous laisserons pas dormir»
A Madrid, cinq colonnes sont parties des quartiers périphériques pour refaire le chemin jusqu'à la Puerta del Sol, la place emblématique qu'ils avaient occupée pendant un mois au printemps.

"Le problème, c'est la crise, révolte-toi", proclamait une grande banderole en tête de la marche partie de Leganes, à une quinzaine de kilomètres au sud de Madrid. Une autre portait l'un des mots d'ordre favoris des "indignés" espagnols: "Si vous ne nous laissez pas rêver, nous ne vous laisserons pas dormir".

A New York, le mouvement "Occupy Wall Street", qui s'est nourri aux Etats-Unis du chômage des jeunes et de l'accroissement des inégalités, et occupe un parc depuis le 17 septembre, a appelé à un rassemblement à Times Square.

L'extension du mouvement "démontre qu'il s'agit d'une question qui ne concerne pas seulement l'Espagne mais le monde entier car la crise est mondiale, les marchés agissent à l'échelle globale", soulignait Jon Aguirre Such, un porte-parole des "indignés" en Espagne.

En Europe, les "indignés" sont descendus dans les rues un peu partout. Aux Pays-Bas, un millier de manifestants se sont rassemblés à La Haye, autant sur la place de la Bourse à Amsterdam, et un millier encore sur la Paradeplatz à Zurich, place emblématique de la finance suisse.

avatar
Mister Cyril

Nombre de messages : 2391
Date d'inscription : 15/08/2008
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Journée du 15 octobre :: Commentaires

avatar

Message le Dim 16 Oct 2011 - 13:56 par Mister Cyril

Le mouvement des indignés a pris une dimension planétaire

Le mouvement des "indignés" contre la crise et la finance mondiale a pris ce week-end une dimension planétaire, poussant dans la rue des dizaines de milliers de personnes dans des manifestations marquées par des incidents et des arrestations à Rome et New-York.

"Le mouvement des indignés renaît comme une force globale", proclame en une dimanche le quotidien El Pais, premier quotidien d'Espagne, où le 15 mai, les premiers indignés avaient dressé leurs tentes en plein coeur de Madrid.

"C'est la première fois qu'une initiative citoyenne réussit à organiser de manière coordonnée tant de manifestations dans des lieux aussi disparates et éloignés", se félicite le journal.

Sous les slogans "Peuples du monde, levez-vous" ou "Descends dans la rue, crée un nouveau monde", les "indignés" avaient appelé à manifester dans 951 villes de 82 pays, selon le site 15october.net, contre la précarité liée à la crise et le pouvoir de la finance.

"Il existe désormais de toute évidence un mouvement international", renchérit l'éditorialiste de la Repubblica Eugenio Scalfari, qui en fait remonter les prémices au "printemps arabe", voire même à la révolte des banlieues en France en 2008 et 2010.

"Il exprime la colère d'une génération sans avenir ni foi dans les institutions traditionnelles, politiques mais aussi financières, tenues responsables de la crise et profiteuses des dommages causés au bien commun", poursuit l'éditorialiste.

"Le monde descend dans la rue, unique, pacifique et coloré", renchérit la Stampa, bien que la manifestation de Rome ait été la plus violente, perturbée dès le début par des éléments non contrôlés qui ont saccagé des vitrines et incendié des voitures. Les heurts avec la police y ont fait 70 blessés, dont trois graves. Douze personnes ont été interpellées.

Outre Rome, où des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté pacifiquement, Madrid et Lisbonne ont vu les plus gros défilés.

Des milliers de personnes ont également manifesté à Washington et New-York, où 88 personnes ont été arrêtées.

"Nous sommes le peuple", on nous a vendus", s'insurgeaient-ils. "Chaque jour, chaque semaine, occupons Wall Street".

A Londres, plusieurs centaines d'"indignés" ont passé la nuit de samedi à dimanche sur le parvis de la cathédrale Saint-Paul, où 70 tentes ont été érigées au coeur de la City, après le rassemblement de la veille, marqué lui aussi par quelques heurts et cinq arrestations.

"Nous allons rester aussi longtemps qu'il faudra pour que le gouvernement nous entende et dise qu'il va changer les choses", a expliqué Spyro Van Leemnen, 27 ans, un des représentants du mouvement Occupy London Stock Exchange.

Pour lui, la manifestation vise à "démocratiser le système financier", et les rassemblements, à Londres et partout dans le monde "sont un premier pas".

Amsterdam a également vu pousser 50 tentes, plantées sur la place de la Bourse, où des indignés ont passé la nuit.

Genève, Miami, Paris, Sarajevo, Zurich, Mexico, Lima, Santiago, Hong-Kong, Tokyo, Sydney.... "L'indignation" contre le capitalisme s'est exprimée samedi sur pratiquement tous les continents.

Et a reçu le même jour le soutien inopiné du gouverneur de la Banque d'Italie, Mario Draghi, grand commis de l'Etat, ancien membre de la direction de la banque américaine Goldman Sachs, devenue le symbole des dysfonctionnements du monde de la finance anglo-saxonne.

"Ils sont en colère contre le monde de la finance. Je les comprends", a déclaré cet économiste de 64 ans, qui prendra la tête de la Banque centrale européenne le mois prochain.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Sam 15 Oct 2011 - 20:52 par Invité

Mon fiston part demain aux states, je lui ai commandé un reportage photo sur les indignés de wall street pour ma page face book.
Sinon, dans mon jardinet y a plein de citrouilles, alors j'aurai de la soupe pour tout l'hiver. Ensuite, on verra...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 15 Oct 2011 - 18:49 par Mister Cyril

J'ai fait un petit tour à l'Hôtel de ville...étrange l'horizontalité...

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum