Les prédictions de Mme Irma Merckel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

14122011

Message 

Les prédictions de Mme Irma Merckel




Les marchés font la tête, Merkel leur prédit "des années" de crise :


Les principales Bourses européennes ont plongé mercredi après une succession de mauvaises nouvelles pour la zone euro, couronnées par une déclaration de la chancelière Angela Merkel qui a prédit "des années" de crise et des "revers".

Pour la première fois depuis janvier, l'euro a glissé sous les 1,30 dollar. Vers 16h01 GMT, il s'échangeait autour de 1,297 dollar.

Les Bourses européennes ont fini nettement dans le rouge: -3,33% à Paris, -1,72% à Francfort, -2,25% à Londres, -1,75% à Madrid...

Faisant le compte rendu du sommet européen de la semaine dernière à Bruxelles devant les députés du Bundestag, la chancelière allemande Angela Merkel a fait preuve de son réalisme habituel, au risque de démoraliser les marchés.

Pour la chancelière, sortir de la crise de la dette, qui a viré à la "crise de confiance" à l'égard de toute l'Europe, est "un processus qui ne durera pas des semaines, pas des mois mais des années", et qui "sera accompagné de revers".

Fait plus notable pour les investisseurs, la chancelière s'est de nouveau prononcée contre une hausse de la capacité de prêt du futur Mécanisme européen de stabilité (MES), qui doit succéder l'an prochain au fonds européen de secours (FESF).

Le MES doit être doté d'une capacité de prêt de 500 milliards d'euros, un montant jugé insuffisant pour venir en aide à l'Espagne et l'Italie si ces pays ne parviennent plus à emprunter à des taux soutenables sur les marchés, selon les experts.

Cependant "il est clair qu'avec la pression des agences de notation, il est impossible pour les Etats +sains+ d'augmenter la taille du MES", estiment les analystes d'Aurel BGC.

Le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, a émis mercredi une autre hypothèse: ne pas forcément augmenter le montant du MES, mais demander aux Etats de verser l'intégralité de son capital, soit 80 milliards d'euros, en une fois plus tôt qu'en plusieurs échéances.

Son espoir: créer ainsi l'effet de masse tant attendu par les marchés. Mais rien ne dit qu'il sera entendu par des Etats européens soucieux de limiter au maximum les dégâts sur leurs dépenses publiques.

L'Allemagne, la France et 13 autres pays de la zone euro sont en effet sous la menace imminente d'une dégradation de leurs notes souveraines par l'agence de notation Standard & Poor's.

La France semble résignée face à cette perspective, à en juger par les déclarations de plusieurs responsables. La perte de la note AAA "ne serait pas un cataclysme", a estimé mercredi le chef de la diplomatie française, Alain Juppé.

L'Allemagne va devoir inscrire une dépense supplémentaire de 4,3 milliards d'euros au budget fédéral 2012 suite à la décision des Européens d'avancer d'un an l'entrée en activité du MES, a reconnu un responsable politique.

Berlin peut toutefois se consoler grâce à sa capacité à emprunter à des taux très bas, comme l'a encore montré le résultat d'une émission obligataire à deux ans mercredi.

Pour l'Italie en revanche la situation est toujours compliquée: le Trésor italien a émis mercredi 3 milliards d'euros d'obligations à cinq ans, soit le maximum prévu, mais à des taux d'intérêt en hausse.

L'économie réelle en zone euro donne toujours des signes de fatigue inquiétants: la production industrielle de la région a légèrement reculé de 0,1% en octobre.

Et en Allemagne, première et jusqu'ici plus solide économie de la zone euro, un institut a drastiquement revu en baisse ses prévisions. L'Ifo prévoit un ralentissement brutal de la croissance allemande en 2012 à +0,4% contre +3% cette année.

Ironie du sort dans ce contexte morose, le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a célébré à Berlin les dix ans de la mise en circulation de l'euro en compagnie du président de la Banque centrale allemande Jens Weidmann.

"Il est douloureux de voir que récemment" outre le symbole de l'intégration européenne, "l'euro est aussi devenu le symbole de la crise", a déploré M. Weidmann.

avatar
Mister Cyril

Nombre de messages : 2391
Date d'inscription : 15/08/2008
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Les prédictions de Mme Irma Merckel :: Commentaires

avatar

Message le Jeu 15 Déc 2011 - 13:48 par Donald11

C'est la chûûteu finaleu ...

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum