La France dégradée par une agence US

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

30112011

Message 

La France dégradée par une agence US




La France dégradée par une agence US
publié le 30/11/2011 à 21:21


L'agence de notation américaine Egan-Jones a abaissé aujourd'hui la note attribuée à la dette de la France à "A", cinq crans en dessous du "triple A" des trois grandes du secteur, Standard and Poor's, Moody's et Fitch.

La note, qui était jusque-là de "AA-", a été abaissée de deux crans au vu des perspectives pour la croissance économique, les finances publiques et le secteur bancaire du pays. La France avait perdu son "AAA" chez cette agence en juillet.

Pour la dette publique, Egan-Jones a constaté une "tendance désastreuse et le pire est encore à venir". Elle table sur une dette publique à 108,6% du produit intérieur brut en juin 2012, et 117,1% en juin 2013, contre 100% en juin 2011. "A mesure que la croissance de l'UE ralentira et que le chômage en France montera, les pressions budgétaires augmenteront", a estimé Egan-Jones.

L'agence parie sur une intervention du gouvernement pour renflouer une ou plusieurs banques du pays d'ici à la fin de l'année. Elle a souligné "la propension de la France à soutenir ses banques", même si l'ampleur des problèmes chez celles-ci est "difficile à quantifier".

"Un déclencheur important sera probablement la clôture des comptes en fin d'année des banques françaises; préparez-vous à ce qu'un programme de soutien important soit annoncé dans les quelques semaines à venir", a expliqué l'agence.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/11/30/97002-20111130FILWWW00704-la-france-degradee-par-une-petite-agence.php
avatar
brusyl
Admin

Nombre de messages : 3110
Date d'inscription : 17/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

La France dégradée par une agence US :: Commentaires

avatar

Message le Ven 16 Déc 2011 - 20:51 par Mister Cyril

La France menacée d'une double peine : croissance en berne et déficits

Avec l'entrée en récession annoncée par l'Insee, les économistes en sont désormais convaincus: la France ne sera pas au rendez-vous de sa prévision officielle de croissance pour 2012 --un pour cent-- et ses déficits publics vont mathématiquement déraper.

Déjà résigné à faire de la pédagogie pour tenter de dédramatiser la perte hautement probable du "triple A", le gouvernement semble condamné à briser un second tabou: soit dévier de sa trajectoire prévue de réduction des déficits publics, soit se résoudre à un troisième plan d'austérité.

Pour l'heure, Paris jure encore ses grands dieux de ramener les déficits de 5,7% du PIB cette année, à 4,5% l'an prochain et 3% en 2013 sans nouveau plan de rigueur.

De l'aveu même de Sandrine Duchêne, chef du département de la conjoncture de l'Institut national de la statistique, "il est clair" cependant qu'il sera "difficile" de parvenir à 1% de croissance l'an prochain.

L'Insee a annoncé jeudi soir qu'il tablait sur deux trimestres successifs de contraction de l'activité -- l'exacte définition d'une récession -- au quatrième trimestre de cette année (-0,2%) et au premier trimestre 2012 (-0,1%) avant une timide reprise de 0,1% au printemps.

A Bercy, on maintenait contre vents et marées vendredi "une prévision de croissance volontariste de 1%". Et même en cas "d'accident de croissance", faisait-on valoir, le gouvernement pourrait toujours puiser dans la "réserve de précaution" de six milliards d'euros ménagée dans le budget 2012.

Comme ses confrères, Alexandre Mirlicourtois, directeur des études du cabinet Xerfi, en est cependant persuadé : l'économie française "ne pourra pas décrocher 1% de croissance l'an prochain" et cette réserve sera insuffisante. Xerfi table plutôt sur 0,3%.

Selon M. Mirlicourtois, il faut s'attendre à un "effet de ciseau". D'un côté, les dépenses sociales vont augmenter avec un chômage que l'OCDE voit à 10,4% en France fin 2012. De l'autre, les recettes fiscales ne seront pas au rendez-vous, à commencer par la TVA et l'impôt sur les sociétés.

Dans ces circonstances, Xerfi prévoit un déficit public de 5% du PIB en 2012, 0,5 point de plus que l'engagement pris par Paris auprès de ses partenaires européens et, implicitement aussi, des agences de notation.

"Il faudrait une reprise avec des taux de croissance dignes de pays émergents au second semestre 2012 pour être au rendez-vous du 1%", renchérit Nicolas Bouzou (Asterès). Lui-même n'espère plus, au mieux, qu'une croissance nulle.

Faute de "recaler le budget dès le début de l'année" ce qui, insiste-t-il, "ne pourra pas attendre l'élection présidentielle", le gouvernement s'exposerait à une "cascade de dégradations" des notes de l'économie française.

Pour M. Bouzou, il reste cependant un maigre espoir d'éviter encore une récession en 2012, à savoir une "très bonne surprise" en provenance de l'étranger et notamment des Etats-Unis, "avec une reprise plus forte qu'anticipé et une baisse de l'euro qui permettraient de booster les exportations françaises".

Marc Touati (Assya Compagnie Financière) est encore plus pessimiste. Il prévoit un déficit public "autour de 6% du PIB" l'an prochain. "La récession est inévitable et la seule chose que l'on puisse faire est d'en limiter la durée par des mesures de relance de la croissance", observe-t-il.

Reste à convaincre les dirigeants européens et notamment les Allemands du remède de cheval qu'il suggère: baisse du taux directeur de la Banque centrale européenne (BCE) à 0,5%, parité euro/dollar à 1,15 euro pour un dollar, financement de la dette publique des pays de la zone euro en difficulté par la BCE et politique de soutien à l'innovation et l'investissement financée par des obligations européennes.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 1 Déc 2011 - 10:29 par Donald11

Si la France est dégradée, ce n'est pas la faute des agences de notation ...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 30 Nov 2011 - 22:02 par Mister Cyril

Egan Jones...connais pas on dirait le nom d'un troisième ligne gallois...bizz ma Bru; gros taff jusqu'au (prochaine) vacances!

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum