Islande et crise

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

10012011

Message 

Islande et crise




http://www.rue89.com/2011/01/09/la-revolution-democratique-en-islande-tient-du-fantasme-184214

Je n'aime pas la manière dont l'auteur traite le sujet, mais je trouve le sujet et la manière dont justement il est traité intéressant. Notamment :
- glissement sémantique entre capitalisme et économie de marché ;
- écart entre volonté du peuple et engagement financier du gouvernement vis à vis de deux acteurs européens ;
- constituante toilettage ou profonde + processus constituant assez intéressant.

Bref, le genre d'expérience qui m'aide à penser.
Vous?


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Islande et crise :: Commentaires

avatar

Message le Sam 15 Jan 2011 - 23:04 par Mister Cyril

OK JM (à lire avec un léger accent américain...)
Bon week à toi, le parigot (du XXème)

Revenir en haut Aller en bas

Message le Sam 15 Jan 2011 - 22:30 par Invité

T'inquiete pas cyril, je ne vends rien. Juste une remarque faite, et fondée sur des faits, au passage sur Miss Joly, non politicienne ce qui n'est pas un détail.
Mais vue la tournure que prennent les choses en général, et au sein de EELV, mon mépris et mon abstention sont probables.
Ok?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 15 Jan 2011 - 21:54 par Mister Cyril

Euh je veux bien que tu fustiges Mélenchon sans cesse si ça te fait du bien mais si tu essaies de me vendre la Eva Joly et Europe Ecologie je vais pas tarder à me marrer aussi...je te l'ai dit cette après-midi position facile je "roule" pour personne...et même si je me décide au dernier moment tu peux balancer sur les partis et surtout les hommes ça ne peut pas m'effleurer (il n'y a pas de sauveur suprême, ni Dieu, ni César, ni tribun...encore un truc qu'ils ont jamais appliqué les soi-disant cocos)...les bobos-écolos droitier de EE non faut pas déconner...et le Dany peut prendre un aller simple pour l'Islande s'il veut...bon faut pas rêver ils nous le renverront par barque s'il faut...
Bon week à tous, petits propos décousus pour finir la soirée...




Revenir en haut Aller en bas

Message le Sam 15 Jan 2011 - 20:52 par Invité

So what "brusyl"? :#

Revenir en haut Aller en bas

Message le Sam 15 Jan 2011 - 14:22 par Invité

Voilà une présentation trompeuse. Référendum et élection par les citoyens de leurs représentants à une assemblée constituante sont des méthodes dignes d'un régime réellement démocratique.

Je me suis un peu penché sur le processus, et sur les désignés. S'il y a un progrès par rapport à une constituante entre "initiés" ou à la Mélecnhon téléguidée par des jacobins nostalgiques de leur rôle éminent en 89, il y a à redire. Notamment car les élus ont été majoritairement des gens dotés déjà d'une certaine notoriété mediatique.
Ce qui invite à repenser les choses quant aux gens disposés à candidater.
De plus, le taux de participation aux élections a été très faible (un peu plus de 30% je crois). A méditer aussi.
etc

Il y a un truc intéressant côté islande aussi, c'est qu'ils auraient l'intention de devenir territoire d'hébergement pour media indépendants.
Genre wikileaks et blogs dérangeants? :)

Vous avez noté les nombreux déplacements de Eva Joly en Islande et son implication forte là bas depuis des mois?




Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 15 Jan 2011 - 13:12 par Donald11

J'ai visité ce petit pays il y a déjà 14 ans !!! Il était alors, et jusqu'à la crise économique de 2008, au deuxième rang des pays les plus développés au monde selon l'indice de développement humain (IDH) après la Norvège.
Pour l'histoire, l'Islande est habitée depuis le IXe siècle. L'État libre islandais a été établi en 930, quand l'Althing, le plus vieux parlement au monde, s'est réuni pour la première fois. Cette république a duré jusqu'en 1262, date à laquelle le pays s'est soumis au roi de Norvège. En 1380, l'île est passée sous la domination danoise pendant plus de cinq siècles. Elle est devenue une république indépendante en 1944.
C'est en Islande qu'est née l’idée d’un sanctuaire du journalisme. Une loi dans ce sens, intitulée Islandic Modern Media Initiative (IMMI), a été adoptée le 15 juin par le Parlement islandais. Elle doit s’appliquer aux journalistes islandais, mais aussi aux médias et aux blogueurs étrangers.
Du bon terreau tout ça, pour cultiver une vraie démocratie et foutre un coup de pied au cul au FMI, et aux voraces banquiers privés ...
Et avec la dévaluation de la couronne islandaise, c'est une bonne destination pour passer des vacances extra-ordinaires ...





Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 15 Jan 2011 - 9:02 par brusyl



Après l'Islande, la Tunisie. Mais déjà, le nouveau contrat social islandais est dénigré par l'intelligentsia médiatique


« Ne croyez pas, chers compatriotes, ceux qui proposent que nous sortions de l'euro. L'isolement de la France serait une folie. La fin de l'euro, serait la fin de l'Europe. Je m'opposerai de toutes mes forces à ce retour en arrière qui ferait fi de 60 ans de construction européenne qui ont apporté la paix et la fraternité sur notre continent. Je le dis avec d'autant plus de fermeté que j'ai toujours milité pour la préférence communautaire et que je me suis toujours battu pour la protection de notre industrie... » Voilà en substance les mots du Président de la République à propos de la monnaie unique.

Nous avons tous compris que les partis d'alternance au pouvoir, s'accrocheraient, quoi qu'il en coûte, à l'euro. Pourtant les pères fondateurs de l'europe n'ont jamais brandi au premier plan la nécessité de l'euro pour instaurer la paix en Europe. La construction de l'union européenne s'est faite pendant des décénies sans la monnaie unique. Elle ne s'est d'ailleurs pas toujours faite dans l'intérêt des peuples européens. Déjà en 2005, le Nobel français d'économie Maurice Allais s'indignait des effets néfastes de l’abandon de la préférence communautaire, décidé en 1974 par Bruxelles sur les économies nationales. Il établissait la baisse du taux de croissance du PIB réel par habitant de l’ordre de 30 à 50% pour les pays signataires du traité de Rome.
A qui profite l'euro ? Profite-t-il au peuple ou à la haute finance ?


"Le silence est l'expression la plus parfaite du mépris" : George Bernard Shaw

S'il était prévisible que les autorités françaises ne condamneraient pas avec fermeté le régime tunisien et que le peuple tunisien chasserait l'omnipotent président par ses propres moyens, Il était moins prévisible que l'intelligentsia française s'accorderait pour ne pas relayer les prémices du nouveau modèle de civilisation islandais qui s'ébauche.

A la clef ? Primo, un droit fondamental à une protection accrue de l'environnement, deuxio, les ressources naturelles du pays susceptibles de tomber dans le domaine public. Il s'agit d' une révolution innovante et écologiste en quelque sorte, un pied de nez aux multinationales qui détruisent l'environnement, notamment. Mais pas seulement......
Un unique journal dit "alternatif", Rue89, jugea nécessaire sous l'afflux d'emails de ses lecteurs d'apporter un "rectificatif" cinglant en ces termes : La "révolution démocratique" en Islande tient lieu du fantasme; sous titrant : s'il a choisi des solutions originales après l'effondrement de son économie, le pays n'est pas devenu un paradis anticapitaliste.
Voilà une présentation trompeuse. Référendum et élection par les citoyens de leurs représentants à une assemblée constituante sont des méthodes dignes d'un régime réellement démocratique. Quand à la révolution anticapitaliste, il n'en a, évidemment, jamais été question. C'est un autre modèle de civilisation auquel aspirent les islandais, à mille lieux d'un totalitarisme nord coréen, chinois, cubain ou post soviétique.




Le prix Nobel d'économie Paul Krugman, nous apporte un début de réponse au mépris du pouvoir politico-financier pour le nouveau contrat social islandais. Voilà un expert indépendant des luttes intestines européennes, qu'on ne peut accuser d'être à la foi juge et parti qui nous fait un décryptage sans état d'âme.
Paul Krugman fait une analyse d'économie comparée subtile entre d'une part l'Irlande, île européenne de la zone euro et d'autre part l'Islande, île voisine extérieure à la zone euro, s'avère très instructif. On a affaire à deux petits pays au niveau de vie assez semblable.

Le prix Nobel constate qu' « avant l'éclatement bancaire, la dette publique irlandaise était faible. Or, les contribuables devenant soudain redevables pour d'énormes pertes bancaires, alors même que les recettes plongeaient, la solvabilité du pays fut mise en doute. L'Irlande tenta alors de rassurer les marchés avec un sévère programme de réduction des coûts.
Prenez une minute pour réfléchir à cela. Ces dettes furent contractées, non par des programmes publics, mais par des magouilleurs privés qui ne cherchaient rien d'autre que leur propre profit. C'est maintenant aux citoyens irlandais lambda de porter le poids de ces dettes. Enfin, pour être plus précis, ils portent un poids bien plus lourd que la dette - parce que ces réductions de coûts ont causé une grave récession, ce qui fait qu'en plus de supporter les dettes bancaires, les Irlandais souffrent aujourd'hui d'une baisse de leurs revenus et d'une hausse du chômage. »

En revanche, « à ce stade, l'Islande semble faire mieux, pour le moins, que son quasi-homonyme. Sa crise économique ne fut pas pire que celle de l'Irlande, ses pertes d'emplois moins sévères, et elle semble en meilleure posture pour une reprise. En fait, les investisseurs semblent considérer aujourd'hui que la dette islandaise est plus sûre que la dette irlandaise. Comment une telle chose est-elle possible ? …… l'Islande a laissé les créanciers étrangers des banques qui s'étaient emballées payer le prix de leur propre manque de jugeote plutôt que d'obliger ses propres contribuables à garantir de mauvaises dettes privées. Comme le note le Fonds monétaire international - d'un ton approbateur ….
L'Islande a également bénéficié du fait que, contrairement à l'Irlande, elle possède encore sa propre monnaie : la dévaluation du krone, qui a rendu les exportations islandaises plus compétitives, fut un facteur important dans la limitation de la crise islandaise. » [2]


L'Islande réalise sa conversion écologique en douceur.

Le 4 février 2009 Le Figaro titrait "L'islande ébranlée par la révolution des casseroles". , or les islandais ne s'arrêteront pas en si bon chemin....
Quand en 2008, l'Islande est confrontée à la faillite brutale du système bancaire, le pays fait le choix de nationaliser les banques. Sous la pression de la commission européenne le gouvernement soumet un projet de loi au parlement prévoyant le règlement de la dette des établisssements bancaires par l'Etat islandais. Le parlement vote le renflouement des banques. Ce texte prévoit le paiement échelonné d'ici à 2024 d'environ 3,8 milliards d'euros, soit l'équivalent de près de 40% du produit intérieur brut annuel de l'île, ruinée par l'effondrement de ses banques en octobre 2008. Mais les contribuables islandais ne l'entendent pas de cette oreille. Une pétition citoyenne circule, ratifiée par près d'un islandais sur quatre [3]. Le Président du pays, Olafur Grimsson refuse de promulguer la décision éminemment politique et prend l'initiative de soumettre ce choix de politique à référendum. Les Islandais rejetteront le texte à la majorité écrasante de 93%.

Dans une interview avec l’agence d’information financière Bloomberg, le Président Olafur Grimsson explique :« La différence [avec l’Irlande] c’est qu’en Islande nous avons laissé les banques faire faillite. C’étaient des banques privées et on n’y a pas injecté d’argent pour les maintenir à flot ; l’Etat n’a pas à assumer cette responsabilité. »

Il renchérit :« L’Islande se porte bien mieux qu’attendu » et ajoute : « Peut-on demander aux gens ordinaires – les agriculteurs et les pêcheurs, les enseignants, les docteurs et les infirmières – d’assumer la responsabilité de la faillite des banques privées ? Cette question, qui fut au cœur du débat dans le cas de la banque islandaise Icesave, va être la question brûlante dans de nombreux pays européens. » [4]


Depuis lors la révolution silencieuse a progressé :

Consécration de cette révolution, l’élection d’une Assemblée constituante le 27 novembre 2010. Un appel à candidatures (étaient exclus les élus nationaux. Il fallait avoir dix-huit ans révolus et être soutenu par au moins trente personnes) a suscité des vocations chez 522 volontaires. C’est parmi eux qu’ont été élus les 25 constituants.

Les constituants se réuniront à partir de la mi-février 2011 et rendront leur copie avant l’été. [5] Parmi les propositions qui reviennent le plus souvent, on peut noter la réaffirmation de la séparation de l’Église et de l’État, la nationalisation de l’ensemble des ressources naturelles et une séparation claire des pouvoirs exécutif et législatif. Il s’agit donc de l’élaboration d’un nouveau contrat social et, pour un tel objectif, il faut, ce que beaucoup ici semblent ignorer, la participation de toute la nation.

Sont soumis à l' Assemblée Constituante élue démocratiquement :

Les bases de la constitution islandaise et ses concepts fondamentaux, l'organisation des branches législatives et exécutives et les limites de leurs pouvoirs, le rôle et la place du Président de la République; l'indépendance de la magistrature et leur surveillance des autres détenteurs de pouvoirs gouvernementaux; les mesures pour les élections et les circonscriptions électorales; la participation des citoyens au processus démocratique, y compris l'organisation de référendum, y compris un référendum sur une loi constitutionnelle; le Transfert des pouvoirs souverains aux organisations internationales et conduite des affaires étrangères; les affaires environnementales, y compris la propriété et l'utilisation de ressources naturelles.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 10 Jan 2011 - 19:11 par Invité

Et le bisou cause le flip voie lactée?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 10 Jan 2011 - 19:05 par brusyl

j'ai prévenu que la manière dont l'auteur traitait le sujet était tendancieux
.

Peut-être mais moi j'explique en quoi il ne me plait pas. Je ne dirais d'ailleurs pas qu'il est tendancieux, je dis seulement que le mec (ou la nana) qui l'a écrit est mauvais...

Mais je suis très cool, ne t'inquiète pas pour moi !

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 10 Jan 2011 - 17:27 par Invité

:)
Coool Sylvie, j'ai prévenu que la manière dont l'auteur traitait le sujet était tendancieux.
Néammoins, les sujets abordés sont passionnants et riches en enseignements.
Fais nous un bisou, cette plongée dans la voie lactée nous a fait flipper.

Ps. tu dis n'importe quoi sur Mélenchon et processus...
http://programme.lepartidegauche.fr/index.php?option=com_content&view=category&id=4:chapitre-1--refondation-republicaine&Itemid=10&layout=default




Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 10 Jan 2011 - 17:20 par brusyl

ben moi ce genre d'article m'aiderait plutôt à râler..
Du grand n'importnawouak

-tout d'abord parce que le texte n'a pas la moindre relation avec son titre.
J'aimerais bien savoir ce que signifie le mot démocratie pour l'auteur alors qu'il ne parle que d'économie de banques et de monnaie.. (ah si, tout de même un tout chtiot paragraphe sur la constituante)

-Dans tout système "démocratique, c'est le politique qui doit agir sur l'économique et non l'inverse. Or l'article s'étonne que certaines réformes bancaires et monétaires ne soient pas encore faites ou soient trop timides.
Ceci alors que le nouveau régime politique du pays n'est même pas encore constitué.... Ce devrait normalement être le rôle des représentants issus de ces nouvelles institutions de prendre les décisions économiques.. Cela s'appelle mettre la charrue devant les boeufs

- et enfin l'argument que l'exemple Islandais ne serait pas exportable car le pays est petit me fait bondir : qu'ont-ils fait ? ils ont élu 25 personnes issues de la société civile, pour rédiger un projet de constitution qui sera soumise par referendum à l'ensemble du peuple. Ces représentants ne doivent impérativement pas être issus de la classe politique sortants et s'engager à ne pas se présenter ensuite à l'élection.
C'est à mon sens une véritable "révolution" démocratique, tout à fait comparable à ce qui s'est passé en France sous la révolution et je ne vois aucune contre-indication à ce que ce processus puisse être appliqué à un plus grand pays...
Je signale que Mélenchon dans son livre propose exactement le même processus pour la France

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum