The Economist déborde le PS par la gauche !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

06042011

Message 

The Economist déborde le PS par la gauche !





Cela aurait pu être un poisson d’avril, mais non, puisqu’il s’agissait de l’édition du 26 mars. Dans sa rubrique finance, l’hebdomadaire anglais n’hésite pas à convoquer Karl Marx et le Parrain pour chercher à expliquer le déclin du pouvoir d’achat des ménages !

LA LUTTE DES CLASSES, VERSION ANGLO-SAXONNE

Il faut reconnaître à The Economist une capacité à reconnaître les failles du modèle économique actuel. A l’automne 2008, quand les gouvernements étaient venus à l’aide des banques, il n’avait pas hésité à dénoncer « la collectivisation des pertes et la privatisation des profits », dans un discours qui fleurait bon Georges Marchais. Mieux, il revient fréquemment sur la forte croissance des inégalités, l’explosion des hauts revenus et la stagnation, au mieux, des bas revenus.
The Economist était aussi revenu sur une étude de l’OCDE qui démontrait le lien entre inégalités et faiblesse de la mobilité sociale. La privatisation de l’éducation supérieure joue un rôle majeur dans cette casse de l’ascenseur social, comme l’a montré Paul Krugman. En effet, le coût exorbitant des études créé un plafond de verre particulièrement solide : les enfants issus de famille riche ont beaucoup plus de chances que les enfants de famille pauvre d’y accéder, quelque soit leur niveau.

LE RÔLE DE LA CRISE

Il est piquant de lire sous la plume de l’hebdomadaire anglais des propos que n’osent même pas tenir le parti « socialiste ». Il souligne qu’entre 1973 et 2007, la productivité a cru de 83% alors que le salaire médian des hommes n’a progressé que de 5%. En clair, les gains sont confisqués par les entreprises ! Et depuis la sortie de la crise, les chiffres sont spectaculaires : les revenus réels ont progressé de 168 milliards de dollars contre une progression de 528 milliards pour les profits !


En Allemagne, les premiers ont progressé de 36 milliards d’euros, contre 113 milliards pour les seconds. En Grande-Bretagne, les revenus ont carrément baissé de 2 milliards de livres quand les profits ont progressé de 14 milliards. Pire, l’hebdomadaire n’hésite pas à souligner que ces chiffres surestiment la situation des salariés puisque les très hauts revenus sont fortement repartis à la hausse, contrairement aux bas revenus, distinguant le revenu médian (qui stagne, ou baisse) du revenu moyen.

Bref, à la lecture de ce constat, on s’attend presque à ce que The Economist appelle à la révolution. Las, il se contente de souligner une faiblesse du raisonnement de Marx (qui anticipait une baisse des profits) pour se tourner vers une autre explication. S’il pointe bien négligemment le rôle des politiques trop laxistes des banques centrales (sans détailler en quoi cela pourrait bien tout expliquer), il conclut en comparant assez justement le système financier au Parrain de la mafia.

The Economist fait souvent de bons constats, notamment sur la loi du plus fort. Mais sa croyance théologique dans le « laissez-faire » et le « laissez-passer » lui empêche d’envisager toute remise en cause de la libéralisation comme solution aux problèmes qu’elle a pourtant créés.

avatar
Mister Cyril

Nombre de messages : 2391
Date d'inscription : 15/08/2008
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

The Economist déborde le PS par la gauche ! :: Commentaires

avatar

Message le Sam 9 Avr 2011 - 11:50 par Mister Cyril

Vi bizz mon canard...!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 7 Avr 2011 - 9:55 par Donald11

country skinner a écrit:On pourrait même aller jusqu'à penser que ce n'est pas parce qu'ils ont des richesses que les "riches" sont riches, mais que c'est justement parce qu'ils sont les "riches" qu'ils ont des richesses...
Du Ratounet dans le texte, odieusement pompe sur R. I. Mogard in "les riches et leur culture de l'hors" !!!!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 7 Avr 2011 - 9:42 par Donald11

Mister Cyril a écrit:"En ce qui concerne "the economist", comme journal de gauche, tu repasseras, et marianne avec toi !!!"
Je voulais dire avec lui. Tu n'as rien a voir dans cette affaire la !!! Mes excuses pour ce lapsus, mon Poussinet.
"la fortune des plus riches ne me derange absolument pas. C'est plutot l'entreprise de pauperisation de masses a laquelle nous assistons aujourd'hui qui m'interpelle, avec l'esclavagisme sous-tendu."
Bein c'est un peu concomitant non? Voire même au coeur du système non???
Evidemment, tu extrais une petite phrase de son contexte, saligaud, pour me faire dire ce que je n'ai pas ecrit !!! Bien sur que c'est au coeur de la politique actuelle, et du systeme impose par les enc.... de nantis.
Ce texte de Pinsole (bonjour le révolutionnaire) m'a personnellement interpellé comme une illustration de l'autocensure de la gôche qui n'ose plus énoncer quelques vérités bibliques...rien de plus...après on des approches différentes puisque la fortune des riches me dérange énormément pour plein de raisons évidentes...
Fallait le dire, mon Poussinet ... Toujours citer ses sources, pour une meilleure lecture ....
Ben non, ce n'est pas la richesse des riches qui m'exaspere, mais la pauvrete des pauvres ... Les riches, qu'ils crevent sur leur tas d'or m'indifferent totalement.

Bizz le poussinet !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 7 Avr 2011 - 7:00 par country skinner

On pourrait même aller jusqu'à penser que ce n'est pas parce qu'ils ont des richesses que les "riches" sont riches, mais que c'est justement parce qu'ils sont les "riches" qu'ils ont des richesses...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 6 Avr 2011 - 12:42 par Mister Cyril

"En ce qui concerne "the economist", comme journal de gauche, tu repasseras, et marianne avec toi !!!"

Quoi on m'aurait menti??? moua moua


"la fortune des plus riches ne me derange absolument pas. C'est plutot l'entreprise de pauperisation de masses a laquelle nous assistons aujourd'hui qui m'interpelle, avec l'esclavagisme sous-tendu."

Bein c'est un peu concomitant non? Voire même au coeur du système non???
Ce texte de Pinsole (bonjour le révolutionnaire) m'a personnellement interpellé comme une illustration de l'autocensure de la gôche qui n'ose plus énoncer quelques vérités bibliques...rien de plus...après on des approches différentes puisque la fortune des riches me dérange énormément pour plein de raisons évidentes...

Bizz le canard!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 6 Avr 2011 - 12:03 par Donald11

Mister Cyril a écrit:
En effet, le coût exorbitant des études créé un plafond de verre particulièrement solide : les enfants issus de famille riche ont beaucoup plus de chances que les enfants de famille pauvre d’y accéder, quelque soit leur niveau.
Ce n'est pas tout a fait exact, sauf si on reste dans le schema actuel. Imagine un instant que toutes les familles, riches ou pauvres, puissent s'offrir des etudes au cout exorbitant ... et le plafond de verre particulierement solide disparait. Ce n'est pas forcement le cout des etudes qui est "exorbitant" ...
Par ailleurs, j'ai deja ecrit ici que, personnellement, la fortune des plus riches ne me derange absolument pas. C'est plutot l'entreprise de pauperisation de masses a laquelle nous assistons aujourd'hui qui m'interpelle, avec l'esclavagisme sous-tendu.

En ce qui concerne "the economist", comme journal de gauche, tu repasseras, et marianne avec toi !!!
Le journal s'engage régulièrement sur les grandes questions qui touchent le monde, défendant « la vision libérale » (son but étant de « soutenir, dans le combat féroce qu'elle a à livrer, l'intelligence débordante, face une ignorance timorée et sans valeur qui est un obstacle à notre progrès »). Il a soutenu des conservateurs comme Margaret Thatcher ou Ronald Reagan comme des travaillistes (Tony Blair) ou des démocrates (John Kerry, Barack Obama et Bill Clinton). Le journal a pris parti dans l'élection présidentielle française en soutenant Nicolas Sarkozy « faute de mieux » en avril 2007.
Source wikipedia

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 6 Avr 2011 - 11:37 par Mister Cyril

Tiens une fois n'est pas coutume, quelques petites banalités de Marianne pour lutter contre l'autocensure ambiante...

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum