Et on est les moins "boeufs" d'Europe...

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

19102010

Message 

Et on est les moins "boeufs" d'Europe...




Les "French strikes" passionnent la presse étrangère

The Guardian
A la mi-journée, le "live" du "Guardian" figurait en tête des pages les plus visionnées sur tout le site.
Du fait de leur radicalisation, les "grèves françaises" contre la réforme des retraites prennent de plus en plus de place sur les sites d'actualité étrangers, qui n'hésitent plus à mettre en une des images d'un pays en proie aux grèves, aux pénuries d'essence et aux affrontements entre jeunes et forces de police.


Si la plupart des grands sites d'informations proposent une couverture factuelle riche de la mobilisation (la BBC et El Pais proposent même des "questions-réponses" pour mettre leurs lecteurs à niveau sur des problématiques pas toujours simples à comprendre depuis l'étranger), le quotidien britannique The Guardian se passionne même pour le sujet et propose une couverture en direct de la journée de mobilisation de mardi.

"TENIR BON"

Quel regard portent-ils sur la France ? Au-delà des faits, certains médias étrangers livrent une analyse parfois grossière de la mobilisation qui touche la France : le Wall Street Journal et le Los Angeles Times n'hésitent pas à dresser un parallèle entre la situation actuelle et les émeutes qui ont touché les banlieues en 2005, ou encore les manifestations de 2006 contre le CPE qui avaient contraint le gouvernement à faire marche arrière.

Le New York Times va plus loin. En plus de livrer un compte rendu détaillé des événements qui touchent la France – des manifestations qui traduisent surtout "une réaction contre l'élite", indique un Français cité par le journal – il publie dans son édition datée de lundi un éditorial favorable à la réforme qui, tout en déplorant la méthode employée pour faire passer le projet, estime que "relever l'âge de la retraite est une nécessité", notamment par rapport à l'ampleur du déficit français : "les mouvements de protestation sont profondément ancrés dans la tradition nationale française. Les sentiments et les traditions ne peuvent prévaloir sur la réalité fiscale", écrit l'éditorialiste.

Même son de cloche ce week-end dans le Financial Times, dont un des éditorialistes recommande à Nicolas Sarkozy de "tenir bon", "non seulement pour sauver le système des retraites", mais "pour sauver sa propre présidence et sa volonté de prouver que la France est prête pour les réformes".

"VOLONTÉ" FRANÇAISE CONTRE "PUSILLANIMITÉ" BRITANNIQUE

Si la presse anglo-saxonne se place, sans surprise, du côté de la réforme, tous les lecteurs outre-Manche et outre-Atlantique ne sont pas forcément de cet avis. Nombre d'entre eux témoignent en effet leur soutien envers les grévistes et les manifestants dans les commentaires des articles publiés sur Internet. Sur le "minute par minute" du Guardian, un internaute salue le fait que "quand les Français ne sont pas d'accord avec leur gouvernement (...), ils se mobilisent, au lieu de rester assis dans leur coin à ruminer".

Un Anglais résidant en France admet que même s'il est "incommodé par la grève", il "admire les Français qui se battent pour préserver les droits acquis par leurs pères et mères, et qui n'acceptent pas la supposée nécessité de couper dans les dépenses sociales". Souvent, les Britanniques opposent la volonté de se battre des Français à la "pusillanimité" des Anglais face au plan d'austérité mis en place au Royaume-Uni.

D'autres lecteurs se montrent toutefois plus réservés, tout en laissant entendre qu'ils comprennent les motivations profondes des manifestants. "J'habite en France et pour être honnête, repousser l'âge de la retraite me semble logique, écrit un internaute sur le Guardian. Les jeunes manifestent juste car ils ont peur de ne pas trouver d'emploi."

avatar
Mister Cyril

Nombre de messages : 2391
Date d'inscription : 15/08/2008
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Et on est les moins "boeufs" d'Europe... :: Commentaires

avatar

Message le Ven 17 Déc 2010 - 7:58 par country skinner

Bru a écrit:regarde ta messagerie
Noumdepadiou... c'est pourtant marqué en gros en haut de la page... Je t'ai répondu ma belle.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 16 Déc 2010 - 16:57 par brusyl

@ country
vouais... politique de l'autruche ou peut-être le fait que les gens sont de plus en plus dépendants du système bancaire.
Si cela t'intéresse tu peux aller voir cet article

http://www.delitsdopinion.com/2experts/l%E2%80%99image-des-banques-est-affectee-mais-pas-sinistree-2772/

PS : regarde ta messagerie, je t'ai envoyé un MP il y a plus d'une semaine, que tu n'as pas encore vu

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 16 Déc 2010 - 15:20 par Invité

Ok. C'est vrai je n'ai pas le réflexe du bas. Je vais essayer d'y penser.

Sinon, ce soir, fais gaffe de pas te casser le col du fémur LOL :)

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 16 Déc 2010 - 15:03 par Mister Cyril

Nan désolé JM le jeudi c'est sport jusqu'à 22h (il faut rester jeune), du sport hein du vrai pas avec un casque "spector XX1401 dans mon canapé"...mais à l'occase ça me ferait bien sûr plaisir de faire plus ample connaissance en live...en fait, quand on a le temps il faut penser à regarder en bas s'il y a quinqun et se connecter si on en a envie; je t'ai vu plusieurs fois en haut formuler des réponses à mes réponses au coin journal mais je me suis dit que tu n'avais pas encore les réflexes "du bas"...A+ donc JM! (et les autres).

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 16 Déc 2010 - 11:07 par Invité

@ Mr Cyril
Sylvie m'a dit que apparemment tu voulais chatter, mais j'ai loupé le coche. Si tu es par là ce soir, ça peut se faire, avec plaisir.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 16 Déc 2010 - 8:25 par country skinner

Bru a écrit:country, toi qui travaille dans ce secteur, es-tu d'accord avec cela ? sens-tu une évolution dans le comportement des gens vis à vis des banques ? Il doit bien avoir des documents internes qui parlent de ce problème de dégradation de votre image ?
Dans le vécu quotidien, oui ("montée des incivilités" on dit en novlangue). Financièrement non (les incertitudes économiques se traduisent toujours par une augmentation des dépots - épargne "forcée" ou de précaution, selon). Quant aux réflexions stratégiques, c'est un thème "tabou". Quand on l'évoque,c'est sur le mode "pas de mauvaise conscience, on fait bien notre job, ce sont "les autres" (banques d'affaires, salles des marchés, centres "parisiens" et offshores), qui ont merdé"

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 15 Déc 2010 - 17:08 par Mister Cyril

Tout à fait d'accord avec toi Bru, je voulais justement dire tout homme lambda QUI LE VEUT...pour les 61% qui prennent DSK ou autres comme l'homme providentiel, on ne peut plus rien...le système est structurellement corrompu, on ne peut plus conscientiser qu'à la marge...et les banques semblent un thème plus que porteur et central!!!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 15 Déc 2010 - 12:16 par brusyl

je découvre ce matin votre échange... intéressant.



Je pense que tout Homme lambda en sait suffisamment assez pour être écoeuré de cette pseudo-démocratie

Je n'en suis pas convaincue du tout ... tu n'imagines pas comme c'est confortable de rester ignorant ! ou de relativiser l'information. Tu sais ce genre de réponses à des informations que tu apportes du style : " cela s'est toujours passé comme cela" ou "de toutes les façons les politiques c'est tous des pourris".


L'information brute wikileaks, dispensée au compte goutte par les medias (qui je suis convaincue garderont sous le coude les informations les plus gênantes pour le pouvoir) n'apportera pas grand chose en soi à la "conscientisation du peuple" tant qu'elle n'aura pas été synthétisée, expliquée, mise en relation. Ce qui ne risque pas d'arriver, car les intellectuels se sont inscrits depuis un bail déjà aux abonnés absents
Par contre, je compte beaucoup sur les révélations promises par Assange sur BoAmerica, car sur le comportement des banques, le travail préliminaire idéologique est fait : partout dans le monde, les banques sont percues comme les principales responsables de la crise mais aussi comme les bénéficiaires des politiques d'austérités imposées par le pouvoir politique.
Avidité, rapacité, salaires vertigineux, inconscience, prédation... je crois que si l'on faisait un sondage auprès de tous les peuples du monde entier sur les qualificatifs qu'ils attribuent aux banques, on retrouverait partout ces mots....

Un seul fait déclencheur, un fait probant de malversation suffiront pour déclencher une immense et internationale réaction de révolte contre elles et cela risque d'être par millions que les gens viendront retirer leur argent de leur compte...

country, toi qui travaille dans ce secteur, es-tu d'accord avec cela ? sens-tu une évolution dans le comportement des gens vis à vis des banques ? Il doit bien avoir des documents internes qui parlent de ce problème de dégradation de votre image ?

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 15 Déc 2010 - 10:36 par Invité

Quand je dis ''l'info qui tue'', c'est celle que les media ne diffusent pas, jamais.
Par exemple le budget com' de l'Elysée et sa ventilation, les enregistrements audio de bettencourt, le peut être futur lâcher wikileaks sur Bank of America, les comptes bancaires de chirac au japon et ailleurs, les salaires des enarques de la croix rouge, la liste des noms des parlementaires qui sont passés par la case justice, la liste des noms des parlementaires qui se sont votés leur augmentation de "salaire" il y a deux ou trois ans, etc etc.

Pour Woerth Bettencourt, je te parle de ce que j'ai vu de mes yeux vus dans les défilés parisiens. Nombre assez important je dirai de decalcos en tous genre sur ce sujet. Ca fait sens à mon avis.

Donald devré restait calme car cé bien bonga bonga ;)

Ah oui, tu fais du shopping pour noel toi?
Moi, pour mes gamins que j'ai pas, c'est que dalle et minuit chrétien + prière sur tapis com' là bas, et beaucoup d'amour et une virée au futuroscope.
On n'a pas les mêmes valeurs, matérialiste hyperconsommateur ennemi de la décroissance chère à Sylvie que tu es va! :)


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 15 Déc 2010 - 10:00 par Mister Cyril

"Mais c'est l' "info qui tue" qui doit être cultivée et dispensée auprès du peuple "

Obligatoirement OK, et de toutes façons ça se fait, peut être au compte goutte mais ça c'est toujours fait, je crois qu'on appelle ça le journalisme non? Et effectivement dans ce domaine le Net offre une nouvelle dimension (puissance, instantanéité, difficultés à censurer, multiplication exponentielle des sources...).

"Souviens toi de l'impact Woert/Bettencourt dans les manifs récentes."
Là par contre, j'ai peut être tort mais j'avoue que je n'arrête pas d'entendre cette assertion médiatico-parisienne et que je n'ai encore entendu aucune démonstration...c'est un vrai scandale mais ramener le mouvement des retraites à une simple réaction épidermique envers un fait divers fiscal me semble être une caricature pour ramener un problème idéologique large (qui va bien sûr au delà du simple problème des retraites) vers une anecdote individuelle (par le petit bout de la lorgnette...)

et donc pareil pour l'Italie, d'ailleurs il me semble??? que l'on écrit "bUnga, bUnga" non? C'est pas que je sois un spécialiste mais une telle faute d'orthographe pourrait mettre Donald en colère

Salut l'ami pour moi aujourd'hui corvée cadeaux de Noël pffffft!

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 15 Déc 2010 - 3:06 par Invité

Tout à fait ok Cyril.
The end is In real life (sans casque lol).

Mais c'est l' "info qui tue" qui doit être cultivée et dispensée auprès du peuple ; pas l'analyse, ça c'est fait pour autre chose, pour d'autres gens.
Souviens toi de l'impact Woert/Bettencourt dans les manifs récentes.
Ou des bonga/bonga sur la stabilité Berlusconi...

Augure, les données Siège CR qui tuent...? (par exemple...) :)


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 14 Déc 2010 - 21:35 par Mister Cyril

"des données critiques sur le net concernant les banques ou les gouvernements actuels serait autrement plus efficace que manifester pour amorcer la renaissance de la Démocratie."

Encore une fois il me semble que tu opposes 2 visages d'une stratégie disons radicale (pour ne pas se gargariser du mot révolutionnaire). Informer le citoyen c'est primordial mais pour déboucher sur quoi?
Je pense que tout Homme lambda en sait suffisamment assez pour être écoeuré de cette pseudo-démocratie. On peut, on doit toujours informer plus sur les magouilles des banques et des politiques mais 1- 80% de la population s'en tape et s'en tapera toujours du moment qu'ils ont leur bagnole, leur I phone et le tiercé (et je l'accepte).

2- On peut informer les "gens" jusqu"à overdose gràce à Internet mais il faudra bien un jour canaliser la colère ou la réaction qui passera immanquablement vers des manifestations (au sens le plus large)! Il y a une phase physique que toutes tes technologies et casques alphe-béta +++ ne pourront résoudre.

Hélas on ne pourra jamais éclairer toutes les consciences (snif Montesquieu, Hugo et Jaurés!), l'information est indispensable mais absolument insuffisante à elle-même.

Salutations JM (pas très clair ce que j'écris...)

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 14 Déc 2010 - 21:20 par Invité

Souviens toi Gênes.
Sinon, mon avis est simple.
Si le contexte permet de couper des têtes, il permet donc de juger/condamner fermement, et je suis pour la seconde solution!

Par ailleurs, à mon avis lâcher de manière coordonnée et stratégiquement pensée des données critiques sur le net concernant les banques ou les gouvernements actuels serait autrement plus efficace que manifester pour amorcer la renaissance de la Démocratie.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 14 Déc 2010 - 21:11 par Mister Cyril

Et ça ce n'est même pas de la violence JM juste des incidents...il me semble percevoir en toi de nobles sentiments de pureté idéologique mais franchement la violence elle est au quotidien, après on peut espérer éviter des boucheries du passé mais...

à la rigueur avec les fusils rouillés des anarchistes espagnols de Country on éviterait un carnage, le temps qu'ils comprennent les enjeux militaires les chevelus...la guerre est terminée!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 14 Déc 2010 - 21:06 par Mister Cyril

Au moins six jeunes ont été interpellés et une vingtaine ont été blessés. Une manifestation avait lieu en marge du vote de la Chambre des députés rejetant la motion de censure qui aurait pu faire tomber le gouvernement Berlusconi.

Affrontements entre jeunes et policiers à Rome : au moins six jeunes ont été interpellés et une vingtaine ont été blessés. (AFP)
De violents heurts ont eu lieu mardi 14 décembre en Italie alors que des étudiants et des opposants manifestaient contre Silvio Berlusconi au moment où la Chambre des députés votait. Ces derniers ont rejeté d'une courte majorité une motion de censure qui aurait pu faire tomber le gouvernement du Cavaliere.


Plusieurs dizaines de milliers de jeunes - 100.000 selon les organisateurs - ont défilé à Rome contre une réforme de l'Université et la politique gouvernementale en matière d'éducation, lançant des pétards et des fumigènes, tandis que les forces de l'ordre tentaient de les disperser avec des grenades lacrymogènes.
Au moins six jeunes ont été interpellés et une vingtaine ont été blessés, selon la chaîne de télévision Sky TG24. Des journaliste ont vu plusieurs personnes le crâne en sang.

Pendant les débats parlementaires, les manifestants ont tenté à plusieurs reprises de s'approcher de bâtiments officiels comme ceux abritant le Sénat et la Chambre, situés en plein centre historique, mais ont été refoulés par des charges policières.
Après le vote remporté par Silvio Berlusconi, ils se sont déversés dans la via del Corso, une rue très centrale où les boutiques avaient en grande majorité abaissé leurs rideaux de fer.
De petits groupes se sont opposés à la police, incendiant une voiture particulière sur une rue longeant le Tibre, puis d'autres véhicules à proximité de la place du Peuple ainsi que plusieurs camionnettes de police.
Une épaisse fumée noire s'élevait au-dessus du Corso dans l'après-midi et la rue emblématique de la capitale était jonchée de bancs publics arrachés, ainsi que des petits pavés typiques de Rome utilisés comme armes par les manifestants.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 14 Déc 2010 - 11:42 par Invité

@ Augure
A propos, ces infowars concernant la direction centrale de Croix Rouge France, ça vient...?
(Cv des disons 200 cadres sups, salaires, avantages divers, etc)

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 14 Déc 2010 - 11:40 par Invité

:)
Certes, certes, je comprends votre point de vue...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 14 Déc 2010 - 10:47 par country skinner

[quote=Jean Marc]"faire la révolution", cela doit se faire sans violence, n'est ce pas? [/quote]
Surtout pas !
Un homme politique (visionnaire ?) a dit très justement (Lorient Avril 2007) :
"Quand on manifeste, quand on a recours à la violence, ce n’est pas pour se distraire, ce n’est pas pour nuire à autrui, c’est parce qu’on est profondément désespéré, c’est parce qu’on pense qu’on n’a plus de recours et qu’on se sent condamné à la mort économique et à la mort sociale." (N. Sarkozy)
Quant aux facteurs de déclenchement de la violence insurrectionnelle, je laisse aux courageux de faire la synthèse entre l'avant garde révolutionnaire léniniste, le conseillisme trotskyste, la subversion situationniste, même le pessimisme rationaliste des posts marxistes marcusiens...
Garde ton fusil prêt,on ne sait jamais camarade, disaient les exilés anarchistes espagnols ...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 13 Déc 2010 - 16:20 par Mister Cyril

Merde coupure de réseau au moment de valider avec long argumentaire sur "l'alternative" et la "violence" (pas aussi long qu'Augure mais...)pffft vive la technologie oui!!! Bon réécrirai plus tard, semaine chargé jusqu'à jeudi soir...
Salutations

En résumé
"besoin d'une proposition alternative qui les séduise, semble ''raisonnable", et soit différente de ce qu'ils ont l'habitude de voir et entendre."
oui mais j'ai pas ça en rayon...

" D'ailleurs, "faire la révolution", cela doit se faire sans violence, n'est ce pas? "
D'accord si les possédants acceptent de redonner les fruits de l'exploitation en leur demandant "s'il vous plait" sinon violence inévitable, où mettre le curseur j'ai pas la réponse non plus entre la violence faites aux millions d'affamés et d'exploités et la vilence révolutionnaire??? Pas un sujet tabou même s'il parait difficile de débattre de ce sujet sans apparaitre pour un légionnaire fasciste!

Salutations!


Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 13 Déc 2010 - 8:36 par Invité

Bonjour Cyril, bonjour Augure dont j'ai lu le texte empreint d'humanisme.

Hélas, au delà des élans généreux et de la volonté d'en finir avec un ordre des choses intenable humainement et de toutes les manières dangereux, il faut, hélas je le redis, garder je crois à l'esprit une chose :

les mécontents, les écœurés, les égarés, sont la majorité et de très loin, mais tous ceux là ont besoin d'une proposition alternative qui les séduise, semble ''raisonnable", et soit différente de ce qu'ils ont l'habitude de voir et entendre.

Qui parmi nous n'a jamais, et cela est fréquent, parlé à ces gens qui pensent ''tous pourris", ou à ceux qui bien que rejetant ce qui existe et ces dérives de tous ordres, n'adhèrent pas ce que proposent les partis actuels et leurs leaders. Et ceux là disent simultanément "il n'y a rien à la place", ou ''c'est bien beau de faire la révolution, mais pour faire quoi".

D'ailleurs, "faire la révolution", cela doit se faire sans violence, n'est ce pas?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 12 Déc 2010 - 18:06 par Mister Cyril

"Vous attendez 2012... vous vous dites que notre président serait LE problème... mais il n'en est qu'un des rouages. vous pensez que par le vote, vous obtiendrez enfin justice... mais c'est ne pas prendre en compte la dimension de la situation. Que ce soit l'UMP, le PS ou Europe Ecologie, aucun de ceux là n'affiche le désir de mettre à bas un système qui nous asservit, et qui exige de nous toujours plus de pauvreté alors qu'il en tire toujours plus de richesse pour lui même. De part le traité de Lisbonne, la France, tout comme chacun des pays signataires, a perdu sa souveraineté. Croyez vous que des partis, qui n'ont pas pour objectif annoncé, de répondre à la volonté populaire, souveraine de part notre constitution, de renoncer au traité de Lisbonne, auront pour volonté de se battre contre les exigeances et ordonnances de l'OMC, du FMI, de l'OCDE, pour ne citer que ceux là ? "

Pas mieux!!!

Revenir en haut Aller en bas

Message le Dim 12 Déc 2010 - 12:56 par Invité

Je profite du commentaire de Cyril concernant les "émeutes" londoniennes pour glisser ici un petit commentaire que j'ai laissé sur médiapart en réponse à un article concernant justement la situation de l'Angleterre, ce qui me permettra d'avoir l'espoir que peut être quelqu'un l'aura lu, sachant que j'ai, une fois de plus, apportée une réponse tardive par rapport à la parution de l'article.

Bonne lecture pour ceux qui en auront le courage, et dans tous les cas, salutations à vous tous.

On nous parle d'Etat providence s'agissant de l'Angleterre... mais alors pourquoi nos amis anglais retraités viennent-ils s'installer en France ? Pourquoi viennent-ils se faire opérer chez nous si l'Etat subvient à tous leurs besoins ? On nous parle de classes moyennes, mais qu'en est il des pauvres ? Combien d'heures doit réellement travailler celui qui perçoit le salaire le plus bas pour subvenir à ses besoins les plus élémentaires ?

Que faut il donc qu'il se passe pour que nous comprenions la réalité de la situation ?

Partout, dans ces pays qu'ils qualifient de "libres", nous assistons à la fin de l'espoir humaniste. Partout, sur la planète, les forces détentrices des pouvoirs mettent en place les moyens de contrôle et d'assujétissement des peuples. Partout, ils rétablissent l'asservissement, et démontent un à un les acquis sociaux que nos parents, grands parents, et arrières grands parents, avaient arrachés souvent par le sang versé.

L'ennemi... ce n'est pas l'Iran, ce n'est pas la Russie, ce n'est pas l'Islamisme, ni même n'importe lequel des extrémismes radicaux. L'ennemi, ce sont les détenteurs des pouvoirs, qu'ils soient politiques, économiques, financiers et industriels, mais avant tout, l'ennemi, c'est nous même, par notre abandon, par notre passivité, par notre acceptation de l'inacceptable.

La démocratie, ce grand espoir populaire, n'existe plus.

A l'instar de ce qui se passa dans "La ferme des animaux", du regretté Georges Orwell, nous n'avons pas pris garde, au cours des années, à toutes ces lois qui venaient s'ajouter au "contrat initial". Nous n'avons pas vu que chacune des altérations produites et justifiées par les gouvernants du moment, nous dépossedait de nos Républiques. Nous nous sommes laissés bercer par un certain confort, et nous avons accordé notre confiance à ceux qui nous trahissaient, et n'avaient déjà pour seul objectif que la reprise en main totale de nos sociétés pour assouvir la soif de domination et de richesse des puissants...

Aujourd'hui le voile se déchire.

Celui qui accepte d'ouvrir les yeux, qui enfin décide de regarder la réalité, en s'éloignant des aprioris de sa compréhension intériorisée, conditionnée par des années de battage médiatique, d'infantilisation outrancière, de dépossession du libre arbitre par le matraque d'idées préconçues présentées comme des vérités ultimes, incontournables, naturelles, inexpugnables, ne peut que constater l'effondrement des valeurs démocratiques, et la corruption des fondamentaux à tous les échelons de nos sociétés.

Il ne s'agit pas de hasard, mais tout au contraire de stratégie, il ne s'agit pas d'accident, mais bel et bien d'une orchestration méthodique visant à la dépossession du pouvoir populaire aux seules fins des intérêts des castes financières, dirigeantes, et industrielles.

Faudra-t-il qu'ils tuent votre enfant pour que vous compreniez ce qui se passe ?

Ne voyez vous pas qu'ils ont déjà condamné la jeunesse des gens de peu, à n'être que soumise à leur diktat ?

Vous pensez que vous allez pouvoir leur echapper ? Que vous arriverez à protéger les votres ? Et comment donc comptez vous faire ? Pouvez vous le dire ?

Quand bien même pour un temps, vous arriveriez à préserver votre famille, croyez vous que les votres auront une chance de faire parti des élus pour qui rien n'est jamais refusé ?

Au mieux vous ne serez jamais que leur vassal servile auquel ils distribuent quelques miettes de pain pour s'assurer de son concours, au pire vous serez pire qu'eux même, en trahissant les gens de votre condition, en prévenant leur désir, en faisant chaque jour preuve de toujours plus de zêle dans votre servitude.

Leur pouvoir... c'est la peur qu'il distille. Peur des lendemains, peur de la précarité, peur des autres et de ce qu'ils nous présentent comme différent.

Notre ennemi... c'est nous même.

Nous qui nous laissons faire, nous qui refusons de voir ce qui est en train de se passer, nous qui refusons d'agir, nous qui préférons profiter de ce qui nous reste, en sacrifiant tout ce qui aurait dû ou pu être pour cela.

Serions nous lâches au point de laisser nos peurs dicter nos comportements ? Serions nous si faibles que nous accepterions de sacrifier l'autre, notre voisin, notre ami, les parents du meilleur ami de notre enfant, la famille de ceux qui pourtant nous sont chers ?

L'ennemi... c'est eux.

Ils ne sont pas invisibles, ils ne sont pas inconnus, ils sont les détenteurs des pouvoirs depuis ces trente dernières années pour le moins. Ils sont les industriels internationaux, les financiers, les politiques qui ont voté les lois permettant à ceux là d'asservir la population planétaire.

Vous attendez 2012... vous vous dites que notre président serait LE problème... mais il n'en est qu'un des rouages. vous pensez que par le vote, vous obtiendrez enfin justice... mais c'est ne pas prendre en compte la dimension de la situation. Que ce soit l'UMP, le PS ou Europe Ecologie, aucun de ceux là n'affiche le désir de mettre à bas un système qui nous asservit, et qui exige de nous toujours plus de pauvreté alors qu'il en tire toujours plus de richesse pour lui même. De part le traité de Lisbonne, la France, tout comme chacun des pays signataires, a perdu sa souveraineté. Croyez vous que des partis, qui n'ont pas pour objectif annoncé, de répondre à la volonté populaire, souveraine de part notre constitution, de renoncer au traité de Lisbonne, auront pour volonté de se battre contre les exigeances et ordonnances de l'OMC, du FMI, de l'OCDE, pour ne citer que ceux là ?

Vous croyez que nous vivons en paix, mais c'est déjà l'état de guerre, la guerre contre l'humain, la guerre du puissant contre le faible, du riche contre le pauvre. Chaque jour la pression policière s'accentue dans notre pays, comme dans la plupart des pays, chaque jour, nous avons un peu plus peur de ce qui pourrait nous arriver, peur de tout perdre, peur de ne plus pouvoir faire face à nos besoins.

Mais chaque jour, le flot des personnes vivants dans les rues s'intensifie. Chaque jour, de plus en plus de personnes n'arrivent plus à boucler leur fin de mois. Chaque jour des enfants dorment dehors, dans des squats, dans des porches, des milliers de personnes, pour ne pas dire des millions, doivent chercher comment se nourrir eux même, et comment nourrir leur famille.

Ce n'est pas en luttant pour nous même que nous arriverons à arréter le cataclysme qui vient vers nous. C'est en mettant en commun nos forces pour lutter pour le bien de tous. Parce que nous n'acceptons pas, et que nous n'accepterons jamais, que les richesses de notre terre nourricière, qui sont largement suffisantes pour répondre aux besoins de tous, soient appropriées par quelques uns pour leur seul intérêt.

Il est temps de remettre en cause ce que nous sommes devenus, et de reprendre en main notre avenir.

Helen Keller disait : "Le bonheur, ce n'est pas de réaliser ses désirs. C'est de vouer sa vie à une cause louable."

Qu'y a-t'il de plus louable que d'assurer la survie de tous dans des conditions décentes ?

Qu'y a-t'il de plus honorable, que d'oeuvrer au respect des intérêts de chacun, au respect de la dignité, à la protection des plus faibles et à la mise en place d'un système permettant tout à la fois, la préservation de l'humanité et de notre environnement ?

Durant ces dernières décennies, nous n'avons pensé qu'à la réalisation de nos désirs, cédant ainsi aux sirènes du matérialisme. Nous avons renoncé à regarder ceux que la société de production laissait sur le bas coté de la route. Nous avons délibéremment choisi de croire que d'avoir une nouvelle télé, une plus grande maison, une plus belle voiture, était l'aboutissement de nos désirs. Nous avons oublié, qu'il ne saurait être de réussite sans l'épanouissement de notre être intérieur, sans la quiétude que confère "le bon droit", le "bien acquis", l'intégrité morale, et la satisfaction de savoir que nous oeuvrons ensemble, sous les mêmes cieux, pour un avenir commun, où la justice, l'équité, la droiture, sont les fondements essentielles pour une construction raisonnée et raisonnable.

Le matérialisme ne permettra jamais à l'être intérieur qui nous habite de s'épanouir, de devenir, de réléver cette vraie grandeur que nous possédons tous, et qu'ils s'acharnent à faire disparaitre par un conditionnement incessant des esprits.

Il se passe aujourd'hui en Angleterre, ce qu'il se passe également chez nous, en Irlande, en Grèce et quasiment partout sur notre planère. La puissance internationale est à l'oeuvre pour l'asservissement des populations au dogme productiviste et financier.

Réveillez vous, l'heure n'est plus à la compromission, à la passivité, à l'abandon. L'heure est à la résistance, et au refus de ce qu'ils nous présentent comme naturel et inévitable.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 9 Déc 2010 - 22:24 par Mister Cyril

Violent face-à-face entre étudiants britanniques et policiers
Pour la cinquième fois en un peu plus d'un mois, les étudiants britanniques ont défilé dans les rues contre la hausse des frais d'inscription.AP/Lefteris Pitarakis

De violents incidents ont éclaté, jeudi 9 décembre en milieu d'après-midi à Londres, entre policiers et manifestants mobilisés contre la hausse des droits d'entrée à l'université. Huit policiers et six manifestants ont été blessés, et neuf personnes ont été interpellées, selon un dernier bilan de la police.


Plusieurs étudiants sont sortis d'échauffourées le visage ensanglanté, après une intervention des policiers, armés de matraques, qui tentaient d'empêcher les manifestants de gagner le Parlement, où les députés débattaient d'un projet de loi sur les frais d'inscription à l'université. Selon Reuters, des manifestants ont également fait irruption dans le bâtiment du ministère des finances.

"UN POLICIER M'A TAPÉ SUR LA TÊTE"

Avant d'être évacué pour soins, Julyan Phillips, 23 ans, étudiant au Goldsmiths College de Londres, a déclaré à l'AFP : "J'étais sur la ligne de front, j'ai marché jusqu'au cordon de police, mains derrière le dos, pour leur expliquer que leur encerclement était amoral et inhumain (...). Des types poussaient des barrières métalliques tout à côté, mais un policier a préféré me taper sur la tête."

Des manifestants ont tenté en vain de renverser des barrières placées autour du Parlement. D'autres ont peint des slogans "Policiers enc..." et "Education pour les masses" sur la statue de l'ancien premier ministre conservateur, Winston Churchill, située en face de la Chambre des communes.


"Education pour les masses", pouvait-on lire sur la statue de l'ancien premier ministre conservateur, Winston Churchill, jeudi 9 décembre à Londres.AP/Lefteris Pitarakis

Plusieurs fumigènes ont été lancés depuis les rangs des manifestants en direction de la police, qui avait du mal à contenir la foule. De nombreux étudiants brandissaient des pancartes demandant : "Supprimez les frais universitaires et les coupes budgétaires."

VOTE EN FIN D'APRÈS-MIDI

Au même moment, la Chambre des communes, Chambre basse du Parlement britannique, a adopté le projet de loi. Les députés britanniques ont décidé de porter d'ici à 2012 le plafond des droits universitaires en Angleterre de 3 290 livres (3 915 euros) par an à 6 000 livres et, dans des "circonstances exceptionnelles", à 9 000 livres. Le projet de loi – qui doit encore passer devant la Chambre des lords, ce qui devrait être une simple formalité – a été adopté avec 323 voix pour et 302 contre.

La majorité du gouvernement de coalition, qui est d'habitude d'au moins 83 députés, a donc été réduite à 21. Ce projet a provoqué une scission au sein des libéraux-démocrates, partenaires des conservateurs au gouvernement. Ils s'étaient engagés pendant la campagne pour les législatives en mai à ne pas augmenter les frais d'inscription à l'université.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 20 Oct 2010 - 13:25 par Mister Cyril

Bein ça s'appelle la pensée unique non? Capitalo de tous les pays unissez-vous! Et en plus on a pas le choix non?

Salutations mon bon Augure.

PS: Dimanche je dois prendre la A 20 pour descendre dans le Lot, si vous pouviez ne pas prendre l'autoroute en otage euh euuuuu!

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 20 Oct 2010 - 13:04 par Invité

Purée ils sont frais, entre les américains qui nous font une leçon sur les déficits (genre ce n'est pas à cause du leur qui est abyssal que l'économie mondiale est affectée) et les anglais qui trouvent logique de crever au travail, ils me paraissent bien partis pour un retour à l'esclavage, mais bon c'que j'en dis moi...

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum